Nouvelles manifestations redoutées en RDC

Trois journée de mobilisation citoyenne décrète la Lutte pour le Changement (LUCHA). A partir du 19 au 21, ce mouvement appelle ses militants à descendre dans les rues pour commémorer les “martyrs du 19 septembre 2016” et pour dénoncer les machines ou encore des “élections fictives. — Le 19 septembre 2016, des dizaines des milliers des partisans de l’opposition étaient descendus dans les rues pour réclamer les élections et le départ du président Kabila à la fin de son mandat. Ils ont été réprimé dans le sang par les forces de l’ordre, faisant plusieurs morts.

La LUCHA était déjà dans la rue le 3 septembre pour protester contre les machines à voter. Mais les choses ont peut-être changé. Un rapport des experts britanniques venus certifier ces machines imposées par la Commission électorale, et qui son au coeur d’un vive polémique, a remis en cause leur utilisation sans la mise en oeuvre d’une série de recommandations qui risquent d’être impossible à appliquer.  Galvanisée par cette sortie, la LUCHA entend bien faire plus que la fois passée où la manifestation, pas très suivie, s’était soldée par plusieurs arrestations administratives.

Mouvements citoyens et coalitions politiques dans la rue

A côté de la LUCHA, un autre mouvement beaucoup plus catégorique, mais moins populaire, entend lui marché pour exiger le départ de Kabila et la mise en place d’une “transition citoyenne”. Le Collectif d’Actions de la Société Civile de la RDC (CASC)  a appelé à un sit-in devant l’Hôtel du gouvernement à Kinshasa à cette fin le 19 septembre à 10H.

Entre-temps, l’opposition politique, longtemps éloignée des rues du fait de son incapacité à mobiliser, annonce une grande mobilisation. Là encore, quelque chose a changé. Pour la première fois, tous les principaux leaders ont odopté une ligne de conduite qui vise à des actions communes. Dans un communiqué signé le week-end dernier, les écartés de la prochaine Présidentielle, à savoir Adolphe Muzito, Jean-Pierre Bemba ou encore Moïse Katumbi ont joint leurs forces à celles à Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu, Martin Fayulu, Vital Kamerhe — qui eux sont encore candidats — pour convoquer une grande manifestation le 29 septembre prochain.

Mouvements citoyens et coalitions de l’opposition réclament tous la même choses: le retrait de la machine à voter et des élections véritables inclusives. A trois mois de la tenue du scrutin de décembre prochain, la tension pourrait monter encore plus au pays.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement. 

RDC: Une réunion tripartite d’urgence entre CACH, FCC et LAMUKA à Kinshasa

La délégation de la Communauté des Etats d’Afrique australe (SADC) à Kinshasa vient de convoquer une réunion d’urgence dans la capitale congolaise réunissant les principaux protagonistes des élections, apprend POLITICO.CD.