“L’interdiction faite à Moïse Katumbi d’entrer au pays est un acte de vengeance du pouvoir contre ce que Katumbi leur a fait notamment, la campagne qui a abouti aux sanctions”, note le Conseil de l’apostolat de laïcs catholiques (CALCC), dans un message transmis à la presse ce dimanche 6 août 2018.

Le CALCC note que les actions sont mues par la haine et l’esprit de vengeance.

“Il est impossible de bâtir la paix et la cohésion nationale sur la base d’une politique de haine les uns envers les autres.”, fustige le Calcc.

Selon cette structure liturgique de l’Eglise catholique romaine de la RDC, l’acte du pouvoir contre Katumbi montre à quel point est pertinent l’appel à la repentance et au pardon.

“Sans repentance, sans pardon, il n’y aura pas de décrispation politique, pas d’élections apaisées ni transparentes”, tance le CALCC.

Kerima