RDC: Joseph Kabila ne sera pas candidat à sa propre succession!

Selon des informations de POLITICO.CD, le Président congolais, qui avait promis de respecter la Constitution, a désigné un haut cadre du parti au pouvoir pour le succéder. Jusqu’au bout, une aile dure du pouvoir aura tenté de persuader le président Joseph Kabila de briguer un nouveau mandat, malgré l’interdiction Constitutionnelle.

En mai 2018, un parti de la majorité,  le Mouvement des indépendants réformateurs (MIR), annonçait même sa décision de déposer la candidature du président sortant à la cette présidentielle du 23 décembre.”La Constitution interdit le renouvellement du mandat,  mais elle n’interdit pas que la même personne rempile plus de trois mandats“, argumentait le président du MIR, l’avocat Stanley Mbayo, affirmant qu’il va bientôt “aller voir la CENI” pour le dépôt de cette candidature.

Washington a dit non!

Le 19 juillet, devant la nation, Joseph Kabila affirme qu’il respectera la Constitution, sans toutefois dire clairement s’il compte ou pas se représenter. Si le président reste flou, c’est en effet parce qu’au même moment, des émissaires sont des envoyés auprès des pays de la Communauté internationale pour “vendre l’idée” de son maintien au pouvoir. A Washington, des Kabilistes ont pris le pouls de l’administration Trump, tentant, jusqu’à la dernière minute, d’obtenir gain de cause.

Cependant, les espoirs d’un nouveau de Kabila seront définitivement enterrés.  L’ambassadeur américain adjoint à l’ONU, Jonathan Cohen, s’emporte lors d’une réunion du Conseil de sécurité : « Nous attendons du président Kabila qu’il respecte la Constitution, il n’est pas éligible pour un troisième mandat selon la loi congolaise”, lance-t-il devant l’assemblée.

Pour aller plus loin, le diplomate américain enfonce: “Les Etats-Unis regrettent que le président Kabila n’ait pas saisi l’opportunité de son discours du 19 juillet pour clarifier ses intentions. La population congolaise attend depuis presque deux ans, le président Kabila a promis de respecter la Constitution et l’accord de la Saint-Sylvestre. On est à cinq mois des élections. Le temps de la gesticulation est terminé ».

Dans les coulisses, le Congrès se prépare à nouvelle des “sanctions massives” congolais des officiels congolais dans le cas d’une candidature du Président sortant. A Kinshasa, Kabila finalement par décider de prendre ses responsabilités face aux différentes factions de sa famille politique, mettant en place le plan de “dauphinat” minutieusement préparé depuis plusieurs mois.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement. 

RDC: Une réunion tripartite d’urgence entre CACH, FCC et LAMUKA à Kinshasa

La délégation de la Communauté des Etats d’Afrique australe (SADC) à Kinshasa vient de convoquer une réunion d’urgence dans la capitale congolaise réunissant les principaux protagonistes des élections, apprend POLITICO.CD. 

Yoweri Museveni envoie un message spécial à Joseph Kabila après son tête-à-tête avec Félix Tshisekedi

Près de deux semaines après avoir reçu le leader du principal parti de l’opposition en RDC, le président ougandais Yoweri Museveni a envoyé un “message spécial” au président Joseph Kabila.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.