“Le président sortant a intentionnellement entretenu un flou quant à sa lecture de la constitution. Cette lecture biaisée empoisonne le climat politique déjà tendu et eloigne davantage le consensus tant recherché”, tance le professeur Florentin Mokonda Bonza, candidat déclaré à la présidentielle du 23 décembre 2018 au terme d’une réunion du comité exécutif de son regroupement politique : “Nouvelle Initiative pour le Congo (NIC)” pour décrypter le discours de Joseph Kabila devant le Congrès.

Pour le professeur Florentin Mokonda Bonza, le président sortant a dressé dans un discours plat, un bilan teinté d’une autosatisfaction méprisante.

L’ancien ministre et directeur de Cabinet du président Mobutu pense que les propos de Joseph Kabila ont démontré son total “déphasage” avec les réalités vécues par la population congolaise durant son règne.

Candidat déclaré pour remplacer Joseph Kabila à la tête du pays, le professeur Florentin Mokonda Bonza refuse de cautionner un processus électoral vicié, porteur des germes de conflit. Par conséquent, il demande au président sortant de respecter la Constitution et le bon fonctionnement des institutions de la république.

Kerima