La principale salle du Centre Nganda, à l’ouest de Kinshasa est comble. Des centaines des partisans du Mouvement de Libération du Congo (MLC) l’ont prise d’assaut pour tenir leur Congrès tant attendu. Il s’agit, selon Eve Bazaïba, Secrétaire générale de ce mouvement de l’opposition, d’investir “des candidatures aux élections présidentielle et législatives mais également d’autres questions internes au fonctionnement du parti“.

Pendant quela chef de file du parti de Jean-Pierre Bemba rend un vibrant hommage à son leader, longtemps détenu à la prison de la Haye aux Pays-Bas par la Cour Pénale Internationale (CPI), la salle est étrangement remplie. Outre des partis de l’opposition venus sans doute témoigner leurs soutiens à l’ancien vice-président, il y a la présence très remarquée d’André-Alain Atundu, porte-parole de la Majorité Présidentielle.

Assis aux côtés de Félix Tshisekedi, le représentant du pouvoir congolais n’a dit mot, et sa présence non plus n’a été expliquée du côté du MLC. Néanmoins, depuis l’acquittement de Jean-Pierre Bemba le 8 juin, le pouvoir congolais a semblé montrer des signaux d’accalmie avec son ancien adversaire à la présidentielle de 2006.  Plusieurs cadres proches du président Joseph Kabila ont clamé une proximité avec le MLC.

Le Secrétaire permanent du Parti du peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD, au pouvoir), Emmanuel Shadary, prend également part à ce congrès.

A Kinshasa cependant, Eve Bazaïba est restée imperturbable face à cette présence. “Voisin, prépares-toi, tu vas bientôt quitter le pouvoir“, a-t-elle lancé sans hésitation à ses partisans électrisés, devant des kabilistes  étonnamment imperturbables. Un pique au président Kabila qui va devoir quitter le pouvoir à l’issue de la Présidentielle du 23 décembre.