Motif, l’agenda trop chargé de Joseph Kabila ne permet pas au président sortant dont le mandat a expiré depuis décembre 2016, de rencontrer le secrétaire général des Nations unies et le président de la commission de l’Union africaine.

Lors de dernier Sommet de l’UA à Nouakchott en Mauritanie, la position de l’organisme continental était intacte sur la situation en RDC où l’UA tient au respect du calendrier électoral et Accord du 31 décembre 2016.

À New-York, le secrétaire général des Nations unies plaide pour la mise en oeuvre de l’accord du centre interdiocesain obtenu grâce aux bons offices des évêques membres de la conférence épiscopale nationale du Congo(Cenco).

À Kinshasa, dans les milieux de la société civile, certains pensent que le dernier rapport accablant de l’ONU sur les violences au Kasaï, par les forces de sécurité, peut-être à la base de volte face de Kabila.

Kerima