L‘opposant congolais Jean-Pierre Bemba, dont les condamnations pour crimes de guerre ont été annulées le mois dernier, devrait rentrer en RDC le mois prochain pour un congrès présidentiel , a déclaré vendredi un porte-parole du Mouvement de Libération du Congo (MLC), cité par Reuters.

En principe, le sénateur Jean-Pierre Bemba Gomba rentrera dans le pays en juillet“, a déclaré à Reuters le porte-parole du parti du Mouvement pour la libération du Congo (MLC), Michel Koyakpa.

Il participera d’abord au congrès du MLC, qui aura lieu du 12 au 13 juillet à Kinshasa“, a déclaré M. Koyakpa, ajoutant que M. Bemba présenterait sa candidature à la présidence en juillet s’il était désigné comme candidat du parti.

Le gouvernement a déclaré que Bemba, qui est populaire dans l’ouest du Congo, a le droit de rentrer chez lui, mais il a émis des messages contradictoires pour savoir s’il pourrait faire face à d’autres poursuites pénales ou être autorisé à se présenter aux élections présidentielles.

Son retour en République Démocratique du Congo pourrait considérablement bouleverser le paysage politique en vue du vote, qui vise à choisir un successeur au Président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001“, explique Reuters.

Joseph Kabila, explique notamment l’agence britannique, n’a pas encore exclu d’essayer de contourner les limites de mandat pour se tenir à nouveau, en gardant le pays en suspens avant ce qui serait la première transition démocratique du pouvoir du pays.

Bemba, un ancien chef rebelle et vice-président, a quitté la RDC en 2007 et a passé les 10 dernières années en prison à La Haye. Il est actuellement libre en Belgique en attendant une audience relative à une condamnation distincte pour falsification de témoin.

Étant donné que la peine maximale imposée sur l’accusation d’altération des témoins est de cinq ans d’emprisonnement, Bemba devrait être officiellement remis en liberté à cette audience.