RDC: Ce qui se tramerait derrière la libération de Bemba

Il y aura désormais à Kinshasa un avant et après libération de Bemba. Tant si les choses étaient figées, entre des élections programmées à la fin de cette année comme date butoir du départ de Kabila, et une lutte entre le pouvoir et l’opposition, soutenue visiblement par la Communauté internationale, qui semble avoir finalement décidé de faire partir le président congolais après 17 ans au pouvoir.

L’arrivée donc du leader du Mouvement de Libération du Congo (MLC) bouleverse les cartes. Dans les apparences, c’est plutôt une bonne nouvelle pour l’opposition. Bemba est perçu comme le challenger naturel de Kabila, le seul à pouvoir lui tenir tête, même militairement. Cependant, dans les coulisses, beaucoup de choses se trament. Cette sortie de Bemba, estiment certaines sources, est un arbre qui cache la forêt. Il s’agirait d’une machine mise en marche par l’Occident , pour accentuer la pression sur Kabila, arrivé en fin mandat depuis décembre 2016. Néanmoins, il n’y a pas que des bonnes nouvelles pour l’opposition anti-Kabila.

Ainsi, contrairement aux apparences, le pouvoir de Kinshasa ne serait pas du tout surpris de la libération de Bemba. “Au contraire, il va véritablement contribuer à compliquer la tenue des élections cette année comme prévu par la CENI. C’est même son rôle tel qu’il a été conclu“, annonce un proche du pouvoir qui a requis l’anonymat.

Selon cette source, Bemba, qui n’a pas pris significativement part au processus électoral en cours en RDC, annoncerait, dans les jours à venir, son opposition au fichier électoral, à la machine à voter, et même à l’indépendance de la CENI.  “Il faudra alors se mettre autour d’une table pour trouver une solution, d’autant plus que Bemba a la légitimité du peuple pour exiger la révision du processus actuel“, ajoute notre source.

Dans ce dialogue qui se dessinerait, note-t-on, il se pourrait que Bemba revendique le poste de Premier ministre, pour une transition de deux ans, et les élections seront reportées. “Ce scénario permettra à la majorité de rester encore aux affaires“, renseigne-t-elle.

Officiellement une telle idée n’a pas encore filtré. Libéré depuis mardi, Bemba n’a toujours pas quitté la prison de la Haye, dans l’attente des démarches administratives, n’ayant aucun document de voyage. Sa position sur la situation politique est attendue avec tournant au pays. « Bemba est resté en contact avec Kabila, ils ont beaucoup collaboré. D’ailleurs, des deals que Bemba avait mis en place avant de s’enfuir ont continué de fonctionner et de lui rapporter de l’argent », explique par ailleurs une source sous le sceau de l’anonymat.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement. 

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions. 

La colère de l’Abbé Donatien Nshole

Tantôt en colère, tantôt désemparé, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO a accordé une interview à POLITICO.CD, dans laquelle il fustige la classe politique congolaise.