Dix ans après son arrestation, l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba a finalement été acquitté en appel par la Cour pénale internationale (CPI), vendredi 8 juin. La chambre d’appel « annule la déclaration de culpabilité de Jean-Pierre Bemba » et « prononce l’acquittement de l’accusé car les sérieuses erreurs commises par la chambre de première instance font entièrement disparaître sa responsabilité pénale », a déclaré la juge Christine Van den Wijngaert.

Cependant, alors que le leader du Mouvement de Libération du Congo  (MLC) doit rester en détention dans l’attente de sa sentence finale dans un autre procès, la CPI annonce un examen de la question le 12 juin prochain.

La Chambre de première instance VII de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé qu’elle tiendrait une conférence de mise en état le mardi 12 juin 2018 à 11 heures dans l’affaire Le Procureur c. Jean-Pierre Bemba Gombo, Aimé Kilolo Musamba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, Fidèle Babala Wandu et Narcisse Arido pour discuter du maintien en détention de Jean-Pierre Bemba Gombo en raison de sa condamnation pour des atteintes à l’administration de la justice. Une décision sur cette question sera prise ultérieurement en temps voulu“, dit un communiqué de la CPI consulté par POLITICO.CD.

La présence des personnes condamnées n’est pas nécessaire aux fins de cette conférence de mise en état. Les Conseils de M. Kilolo et M. Mangenda sont invités à participer, mais ne sont pas obligés de le faire“, ajoute-t-il.

La chambre d’appel de la CPI n’a pas donné droit à l’appel de Jean-Pierre Bemba contre sa condamnation, fin mars 2017, à 12 mois de prison pour subordination de témoins. En 2016, l’ancien vice-président congolais avait été condamné à 18 ans de prison pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre.