Dans un communiqué de presse publié ce lundi 28 mai et dont le contenu est particulièrement adressé à l’Union européenne et ses États membres, l’ONG explique que la situation est loin de s’améliorer à moins de sept mois avant les élections prévues en décembre. Accusant le gouvernement d’en être responsable, l’EurAc invite l’UE à étendre des sanctions ciblées européennes (interdiction de voyager et gel des avoirs) à des nouveaux individus, hauts responsables des forces de sécurité, personnalités influentes, issus du cercle restreint du président Kabila”.

Pour cette organisation l’Union européenne et ses États membres devraient “mettre un terme à leur approche attentiste et agir maintenant de manière préventive et unie”

L’UE et ses États membres doivent mettre fin à la rhétorique positive actuelle qui loue les différentes avancées que le gouvernement congolais aurait effectuées ces derniers mois” souligne t elle.

Selon cette organisation, contrairement aux attentes, “la répression brutale des voix dissidentes continue”. Elle ajoute qu’aucun signe positif jusqu’à présent ne rassure quant à la ténue des élections crédibles, inclusives et transparentes.

Sammy Mupfuni