Le gouvernement de la RDC manifeste officiellement son inquiétude concernant la sortie du président français Emmanuel Macron le mercredi dernier, annonçant un “plan” en concertation avec le Rwanda et l’Angola.

“Nous ne reprochons rien au président Français, Monsieur Macron. Nous avons posé une question: l’ambassadeur a été reçu samedi, et nous attendons la réponse: la question consiste à savoir ce qui a bien pu être dit entre lui et le président du Rwanda concernant la République du Congo sans que nous le sachions“, affirme Lambert Mende durant une conférence de presse ce lundi à Kinshasa.

En effet, lors de la visite du président rwandais Paul Kagame à l’Elysée, Emmanuel Macron est venu alimenter l’inquiétude avec une déclaration qui n’a pas manqué d’intriguer à Kinshasa. “Nous avons aussi évoqué la situation en République démocratique du Congo. La position de l’Union Africain et des pays de la région est pour moi essentielle, j’y suis très attaché et, je peux dire ici, que nous partageons constamment avis et position, et que la France soutient l’initiative prise par le président de l’Union Africaine en lien étroit avec le président angolais“, a-t-il dit.

Le porte-parole du gouvernement révèle que Kinshasa a officiellement adressé une question à la France pour s’expliquer sur cette sortie du président Macron. “A aucun moment il nous a cité comme objet de ces discussions qui auront lieu entre lui, le président du Rwanda et l’Angola. Comment il peut se faire que l’on puisse parler de la République démocratique du Congo, sans la République démocratique du Congo“, interroge M. Mende.

Nous avons posé cette question en fonction de l’expérience que nous avons. Nous voulons préserver nos intérêts. Personne n’a le droit de parler de nous sans nous. Si tel n’est pas le cas, le peuple congolais s’assumera, comme par le passé“, ajoute-t-il.