En recevant Paul Kagame mercredi dernier à Paris, le président français Emmanuel Macron est venu alimenter l’inquiétude avec une déclaration qui n’a pas manqué d’intriguer à Kinshasa, alors que les relations entre Kinshasa et Kigali sont tendues depuis plusieurs mois.

En effet, la semaine dernière, une étrange affaire a fait surface. Selon Jeune Afrique, Brigitte Safari Misabiro, épouse d’un cadre de l’ex-groupe rebelle M23, a été arrêtée à la frontière entre les deux pays et  transférée le 11 mai à Kinshasa. Elle serait au cœur d’un « complot » de Kigali contre Joseph Kabila.

« L’armée congolaise prend cette affaire très au sérieux et se prépare avec tous ses moyens à faire échec à cet énième complot» , aurait alors confié un un haut-responsable des Forces armées de la RDC (FARDC), proche du président Joseph Kabila, à Jeune Afrique.

Pour Lambert Mende, le gouvernement dispose des moyens “solides” pour faire face à toute éventuelle nouvelle agression du pays. “Nous avons un peuple beaucoup plus aguerri, nous avons une armée beaucoup aguerrie. Qui conque s’aventurait à venir avec une initiative hostile ici doit savoir que ça ne sera pas une promenade de santé“, met-il en garde.

Par ailleurs, faisant allusion à l’Angola et au Rwanda, cités par le président français dans ses propos, M. Mende met en garde les pays voisins qui pourraient contribuer à la déstabilisation de la RDC. “Les pays voisins qui se hasarderont à servir des ponts pour les pays étrangers qui tentent de déstabiliser la RDC, ils seront payés en monnaie de singe grâce notamment à la résistance du peuple congolais“.