Début mars dernier, l’indéfectible alliance entre Moïse Katumbi, ancien gouverneur du Katanga et candidat président porté par la coalition du G7, et Félix Tshisekedi, fils du leader historique de l’opposition, a été sérieusement mise à l’épreuve. D’un côté, les déclarations répétées du président du Rassemblement, annonçant qu’il sera bel et bien candidat Président, de l’autre, la création d’une coalition électorale autour de la candidature de Katumbi, ont finit par faire monter la tension.

De plus, en filigrane, des discussions entamées au même moment entre le pouvoir congolais et Félix Tshisekedi autour des funérailles d’Etienne Tshisekedi, et des informations autour d’une nomination au poste du Premier ministre ont quelque peu dégradé les rélations entre les opposants, allant jusqu’à pousser Moïse Katumbi à appeler la population congolaise à “qualifier de Judas, tout celui qui travaillerait avec Kabila.

Cependant, depuis le début de cette semaine, les deux camps semblent renoués. Félix Tshisekedi a discrètement rejoint Moïse Katumbi aux Etats-Unis où les deux hommes ont, une fois de plus, affiché leur unité “dans le combat” contre Kabila. Devant les caméras, Félix Tshisekedi a même annoncé un probable accord sur un candidat commun de l’opposition à la prochaine présidentielle.

Selon des sources proches de deux camps, un accord aurait été trouvé: Moïse Katumbi, qui doit faire face à une probable disqualification pour avoir détenu une nationalité italienne, devrait, s’il n’est définitivement pas candidat, soutenir la candidature de Félix Tshisekedi. Dans le cas où la candidature de l’ex-gouverneur du Katanga serait valable, le fils d’Etienne Tshisekedi battrait alors campagne pour Katumbi.

C’est une entente qui va surtout dans le sens de sauvegarder l’union de l’opposition. Moïse Katumbi est la cible principale de Monsieur Kabila et sons regime, ils ont peur de lui et feront tout pour le disqualifier. Nous allons tout faire pour que cela ne soit pas le cas, mais ça ne peut pas aussi constituer un blocage pour tout le pays“, explique un proche.

Selon lui, c’est dans cette ordre d’idée que l’accord avec l’UDPS, notamment Félix Tshisekedi, est mis en place. “Nous avons alors convenus que si Katumbi n’était pas candidat, il sera logique de ne pas pénaliser l’opposition et de soutenir celui qui aura plus de chance, et c’est Félix [Tshisekedi]. (…) si nous arrivons à obtenir la candidature de Katumbi, ce qui prouvera que les élections seront transparentes et équitables, il faudra alors que nos amis soutiennent le candidat qui le plus de chance, et c’est Moïse Katumbi“, explique-t-il.

Aucun camp n’a confirmé cette information. L’UDPS fait de son côté savoir qu’elle reste disposée à toute discussion, alors que du côté de Moïse Katumbi, on a démenti un quelconque accord en ce sens, affirmant cependant que des discussions sont en cours.