Organisé par le groupe de travail sur les affaires étrangères et la sécurité nationale du Black Caucus, un groupe du Congrès des Etats-Unis,  le petit déjeuner a rassemblé une foule de congolais et d’autres membres de la diaspora africaine, des analystes politiques et au moins 10 des 48 membres du Caucus.

Cependant, selon une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux et des sources concordantes, la rencontre a donné lieu à des huées, des sifflements et des cris “menteur”, lorsque le conseiller spécial du président Kabila, l’ambassadeur Barnabé Kikaya Bin Karubi, a eu l’occasion de prendre la parole après les remarques liminaires du modérateur et du panel.

En effet, M. Kikaya, qui était assis au premier rang à côté de l’ambassadeur de la RDC aux Etats-Unis, François Nkuna Balumuene, s’est attiré une vive colère des participants lors qu’il a a étiqueté les jeunes Congolais de la diaspora comme des «prophètes de malheur» qui passent leur temps à des réunions publiques et sur les réseaux sociaux à se plaindre de leur propre pays.

Si nous pouvons nous réunir ici et parler de la RDC, c’est grâce au président Joseph Kabila, qui a restauré la démocratie. Les jeunes congolais passent leurs temps sur les réseaux sociaux à critiquer crûment leur propre pays se transformant en prophètes de malheur. La question est de savoir à qui profite la division du Congo?” a-t-il interrogé en anglais.

En réponse, la salle a éclaté avec un chœur de cris de colère, tandis que l’animatrice du panel, l’ambassadrice Linda Thomas-Greenfield, rejointe par l’organisatrice de l’événement, la députée Karen Bass, a lutté pour rétablir l’ordre.