Quand Tshibala manoeuvre pour garder son UDPS

C’est le 28 mars dernier à Kinshasa que Joseph Olenghankoy, président du CNSA, a tranché: l’UDPS revient au fils d’Étienne Tshisekedi, Félix Tshisekedi, qui sera porté à la tête de cette formation politique, malgré des tentatives de dernière minute de la part du camp de Bruno Tshibala.  Dans une décision rendue publique, le CNSA a par ailleurs appelé le Premier ministre congolais à créer son propre parti.

Cependant, près de deux mois après, Bruno Tshibala et ses proches n’ont toujours pas obtempéré à cette décision qui se conforme pourtant à l’accord du 31 décembre 2016, faisant de lui Premier ministre.

Selon une source proche du pouvoir, samedi dernier à Kinshasa, à l’issue d’un Conseil des ministres président par le Chef de l’Etat Joseph Kabila, Bruno Tshibala a apostrophé le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Henri Mova Sakanyi, l’appelant à ne pas “avancer sur son processus en cours avec le CNSA”.

La veille, le ministre Mova et Joseph Olenghankoy ont convenu de pouvoir opérer des modifications dans la liste officielle des partis et regroupements politiques publiée dans le Journal Officiel, et qui mentionne que l’UDPS appartient à Bruno Tshibala; afin de corriger les erreurs.

Bruno Tshibala est allé voir le ministre Mova pour lui demander de trouver un moyen de ne pas modifier la liste au niveau de son parti. Il ne veut pas qu’il ait changement. Il veut conserver l’UDPS“, explique notre source.

Le même samedi, rapporte une autre source qui a requis l’anonymat, une rencontre a lieu entre le Premier ministre Bruno Tshibala, les ministres Jean-Pierre Lisanga et Ingele Ifoto, y compris le vice-ministre Freddy Kita  au Fleuve Congo Hotel, un luxueux complexe hotelier du centre-ville de Kinshasa, où il a été convenu d’entamer des “actions” dès ce lundi.

Selon la stratégie qui a été arrêtée, une lettre sera officiellement adressée au ministre Mova, faisant valoir que l’UDPS revient bel et bien au Premier ministre  [Bruno Tshibala], d’autres initiatives vont également être mises en place“, explique notre source.

Le Premier ministre est resté injoignable aux appels de POLITICO.CD, alors que ses services ont refusé de répondre. Tharcisse Loseke, qui occupe la président de son UDPS, affirme de son côté que l’UDPS est bel et bien détenue par Bruno Tshibala.

De son côté, M. Oleghankoy fait savoir qu’il s’attend toujours à ce que l’accord soit appliqué intégralement. “L’accord a fait de Bruno Tshibala, Premier ministre. Le même accord appelle aux mesures de décrispation. Et c’est donc logique que l’UDPS soit rendue à Félix Tshisekedi qui est le président légal et légitime de ce parti. Nos amis doivent créer leur propre parti“, explique-t-il joint au téléphone ce dimanche.

Bruno Tshibala a été exclu de l’UDPS où il occupait le poste de Secrétaire général adjoint en mars 2016, après la mort du leader historique de ce parti, Etienne Tshisekedi.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement. 

RDC: Une réunion tripartite d’urgence entre CACH, FCC et LAMUKA à Kinshasa

La délégation de la Communauté des Etats d’Afrique australe (SADC) à Kinshasa vient de convoquer une réunion d’urgence dans la capitale congolaise réunissant les principaux protagonistes des élections, apprend POLITICO.CD.