Yoweri Kaguta Museveni a déclaré que l’Occident n’a jamais voulu que les États Africains soient dirigés par des citoyens patriotes car ceux-ci réduisent une grande partie du pouvoir de contrôle qu’on les occidentaux et les multinationales sur les dirigeants Africains.

Au Congo en 1960, nous avions Patrice Lumumba dont le parti était tourné vers l’avenir. Les pays occidentaux sont venus et ont tué Lumumba l’accusant d’être communiste” a tweeté Museveni. “Ils se sont débarrassés de lui parce qu’il n’était pas une marionnette” rappelle l’ancien chef de guerre qui gouverne l’Ouganda depuis plus de vingt ans.

“Ils ont ensuite mis un chef marionnette. Depuis lors, l’ONU est au Congo” note le tweet de Museveni.

Dans son livre publié en 1986 dans lequel on peut lire: “le problème de l’Afrique en général et particulièrement l’Ouganda, n’est pas son peuple, mais les dirigeants qui s’éternisent au pouvoir” s’est montré très critique à la mission de l’ONU en RDC.

Museveni, 32 ans au pouvoir, avait dans une déclaration faite quelques jours après la mort de quinze casques bleus dans la région de Semuliki à Beni, que l’ONU armait les rebelles ADF, accusés d’être à la base de cette attaque.

Dans un communiqué publié mercredi 17 janvier dernier, le président ougandais Yoweri Kaguta Museveni déclarait au Russe Dmitri Titov (chargé de mener les enquêtes sur les attaques contre la base Onusienne de la Semuliki) que la mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC, «préservait le terrorisme dans la zone».

Notre réponse c’est la mise en oeuvre au quotidien de notre mandat. Celui de protéger les populations civiles, y compris les populations vulnérables comme les réfugiés ou les personnes déplacées” avait répondu Florence Marchal, porte-parole de l’ONU avant de poursuivre: “Et c’est là, dans un environnement de plus en plus complexe et dangereux, en vertu du mandat que nous a donné le Conseil de sécurité, que nous travaillons avec les populations congolaises, pour les populations congolaises et en soutien au gouvernement de la République démocratique du Congo.

Fiston MAHAMBA