Gabriel Kyungu encerclé dans sa résidence à Lubumbashi
Selon l’opposant congolais, cadre de la coalition électorale “ENSEMBLE”, soutenant Moïse Katumbi, plusieurs véhicules “bourrés” des policiers, dont des membres de la Garde Présidentielle ont fait irruption autour de sa résidence peu avant-midi, dans un quartier de Lubumbashi, au sud-est de la République démocratique du Congo.

Ils ont armés jusqu’aux dents. Il y a des policiers, des militaires et mêmes des Gardes présidentielles“, explique-t-il joint au téléphone par POLITICO.CD.

“Ils sont venus empêcher mes gens de participer à une réunion, je dis bien une réunion. On ne parle même pas de manifestation. C’est vraiment incroyable“, ajoute-t-il.

M. Kyungu affirme contenir ses partisans, une centaine, à l’intérieur de son domicile pour éviter des affrontements. “C’est ça la décrispation de Kabila, l’hypocrisie même. Nous sommes sous une dictature féroce. Comment aller aux élections dans ces conditions?” interroge-t-il.

Les autorités tant de Lubumbashi, que celles de la Police nationale à Kinshasa sont restées injoignables aux appels de POLITICO.CD.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

Non, l’ambassadeur de l’UE en RDC ne prépare pas un coup d’Etat!

Après la tenue en Europe d’une conférence entre les mouvements citoyens appelant…

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.