Tous les quatre hauts dirigeants sportifs relâchés après 48 heures de garde à vue

Le secrétaire général aux sports Barthélemy Okito et les deux vice-présidents de la Fédération congolaise de Football Association (FECOFA), Roger Bondembe et Theobald Binamungu, ont été  libérés après avoir passé 48 heures de garde à vue au parquet général de Matete à Kinshasa, apprend POLITICO.CD jeudi après-midi.

Constant Omari Selemani, Roger Bondembe Bokanianga, Théobald Binamungu Rubambura et Barthélemy Okito Oleka ont été interpellés et placés en garde à vue au parquet de la commune de Matete depuis mardi 17 avril 2018 dans la soirée.  Le président de la FECOFA,  qui est aussi vice-président de la Confédération africaine de football et membre du comité exécutif de la Fédération internationale de football (FIFA), était le premier à être libéré mercredi soir.

Les quatre hommes sont « entendus sur des présumés détournements d’un million de dollars destiné à l’organisation de quatre matches de football », a déclaré pour sa part à l’AFP Me Alain Makengo, un défenseur des sportifs congolais. « Ils seront interrogés sur l’utilisation des fonds publics dans l’organisation des rencontres sportives des équipes nationales de football et des clubs engagés aux compétitions africaines », indiquait un magistrat à l’AFP.

Dans un communiqué de presse, la commission de Gestion de la Ligue nationale de football annonce la « suspension » de toutes ses activités jusqu’à nouvel ordre en solidarité avec le Président de la Fecofa.

 

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

Non, l’ambassadeur de l’UE en RDC ne prépare pas un coup d’Etat!

Après la tenue en Europe d’une conférence entre les mouvements citoyens appelant…