L‘ONU fait marche en arrière dans sa guéguerre avec Kinshasa autour de la crise humanitaire en RDC. Après la colère de la RDC, manifestée notamment via une conférence de presse dirigée mardi dans la capitale congolaise par Léonard She Okitundu, Mark Lowcock,  Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires a adressé une lettre à ce dernier pour présenter les excuses de l’ONU.

Le britannique annonce par que l’ONU va finalement lever la classification L3 concernant la crise congolaise et dénoncée par Kinshasa.  “Je vous écris en particulier pour vous faire savoir que nous avons écouté attentivement vos préoccupations au sujet de la désignation de la crise humanitaire en RDC. Les Nations Unies désactiveront la désignation L3 plus tard ce mois-ci. Je ferai une annonce publique demain, mercredi 4 avril 2018, confirmant cela”, dit-il dans cette lettre datant du 3 avril et traduite de l’anglais par POLITICO.CD.

Il appelle, dans la foulée, le gouvernement à participer à cette conférence de Genève, qui doit se tenir le 13 avril prochain. “Je comprends que votre gouvernement a exprimé des réserves quant à sa participation à Genève et j’espère que, sur la base de mes explications ci-dessus et du travail accompli entre votre gouvernement et les Nations Unies ces derniers mois, vous vous sentirez en mesure de participer. nous avons un intérêt commun à travailler ensemble pour répondre aux besoins humanitaires essentiels du peuple congolais, en nous appuyant sur les progrès importants réalisés dans de nombreux domaines que vous avez supervisés au cours des dernières années,” dit-il.

La semaine dernière, les Nations Unies ont averti que la planète était confrontée à la “pire crise humanitaire depuis la fin de la Seconde guerre mondiale”, avec un risque de malnutrition et de famine pour 20 millions d’habitants de trois pays d’Afrique et au Yémen. A la grande surprise, la République démocratique du Congo s’est retrouvée parmi dans la classification des crises humanitaires à travers le monde. L’ONU affirme ainsi que la crise en RDC est du niveau L3, la même que celle de ces pays en guerre, y compris la Syrie

Une classification que dénonce Kinshasa, qui accueille même des réfugiés des pays comme le Sud Soudan ou encore le Burundi enproie à des conflits sur son sol. Mardi 3 avril à Kinshasa, le ministre Okitundu monte au créneau. Lors d’une conférence de presse au ministère des Affaires étrangères, il divulgue une lettre adressée par le gouvernement congolais au Secrétaire général de l’ONU, António Guterres à ce sujet. «Dans ce document, nous avons fait part au secrétaire général des Nations unies notre étonnement de voir la RDC classer en L3, c’est-à-dire le niveau de gravité le plus élevé. Catégorisation qui projette une image de catastrophe extrême et généralisée», a décrié Léonard She Okitundu.