Pour Sindika Dokolo, Joseph Kabila cherche à revenir au pouvoir après les élections comme Premier ministre

Après un moment de silence notamment sur les réseaux sociaux, l’activiste congolais Sindika Dokolo s’est de nouveau exprimé, revenant sur la situation politique en République démocratique du Congo, où il accuse désormais le président Joseph Kabila de chercher à revenir au pouvoir comme Premier ministre à l’issue des élections de décembre 2018.

Pour le leader du mouvement citoyen des Congolais debout, Joseph Kabila et son gouvernement ont l’ambition de disponibiliser des fonds pour organiser” des fausses élections.” “Il n’y a pas grand monde au Congo qui peut imaginer que Monsieur Kabila va accepter de céder le pouvoir et de donner au peuple congolais les élections auxquelles il a droit“, dit-il.

Pour lui, le pouvoir congolais est en train de traficoter la loi électorale.  “On est en train de continuer à bidouiller au niveau de la CENI pour garantir que le jour où, éventuellement, Joseph Kabila serait obligé de sortir de la présidence, il la quitterait pour le lendemain rentrer à la Primature“, accuse-t-il dans cette émission diffusée dimanche sur la chaîne kinoise CCTV appartenant à l’opposant Jean-Pierre Bemba.  “Et on continuerait dans le même système, et dans le même mensonge“, ajoute-t-il.

Sindika Dokolo en appelle également à des élections transparentes “Pas un simulacre des élections, pas des élections bâclées, pas des élections truquées“, dit-il.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

Non, l’ambassadeur de l’UE en RDC ne prépare pas un coup d’Etat!

Après la tenue en Europe d’une conférence entre les mouvements citoyens appelant…