UDPS: 1100 délégués à Kinshasa pour trouver un successeur à Etienne Tshisekedi

Plus de 1100 délégués venus des différentes provinces de la RDC et de l’étranger ont répondu présent ce vendredi à l’ouverture du Congrès de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social à Kinshasa. Un seul ordre du jour est retenu lors de ce rendez-vous président par le Secrétaire général Jean-Marc Kabund: l’élection d’un nouveau président .

Sauf grosse surprise, le fils du fondateur, Felix Tshisekedi, est favori pour succéder à son père décédé le 1er février 2017 à Bruxelles. Trois autres candidats font néanmoins face au leader historique de l’UDPS.

Ce congrès s’est ouvert sur fond de polémique avec l’autre aile de l’UDPS, proche du Premier ministre Bruno Tshibala, qui allée jusqu’à porter plainte contre Jean-Marc Kabund. Cependant, le Conseil national de suivi de l’accord du 31 décembre (CNSA) a tranché hier en faveur des proches de Félix Tshisekedi.

Aujourd’hui à Kinshasa, plusieurs leaders de l’opposition notamment Vital Kamerhe, ou des proches de Moïse Katumbi comme Christophe Lutundula, Martin Fayulu… prennent également part à ce congrès dont le dénouement sera connu demain.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions. 

La colère de l’Abbé Donatien Nshole

Tantôt en colère, tantôt désemparé, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO a accordé une interview à POLITICO.CD, dans laquelle il fustige la classe politique congolaise.

CPI – Jean-Pierre Bemba condamné à  un an de prison et 300.000 euros d’amende

La Cour pénale internationale, CPI s’est prononcée ce mercredi 22 mars sur la peine de prison pour subornation de témoins contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir par ce biais un acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.