A quelques mois à peine du dépôt des candidatures à la Commission électorale nationale Indépendante pour les élections du 23 décembre prochain, la tension monte au sein de la majorité au pouvoir où une frénétique course au dauphinat est déclarée. En tête de cette liste, Aubin Minaku, Secrétaire général de la Majorité présidentielle, essaie de tirer son épingle du jeu.

A en croire le magazine Jeune Afrique, qui est largement revenu sur ce dossier dans son édition de la semaine précédente, le Président de l’Assemblée nationale qui «bénéfice de la confiance de Joseph Kabila», semble être le candidat le mieux placé pour succéder au chef de l’État sortant. « D’autant qu’il est perçu comme le « soldat loyal » du raïs, traînant derrière lui un parcours linéaire au sein du système », explique-t-on.

Il ne fallait pas plus pour voir l’intéressé montrer des signaux qui laissent voir un choix en sa faveur. Déjà engagé dans une guerre sans merci avec l’autre dauphin supposé, Augustin Matata Ponyo, Aubin Minaku se prépare, à en croire plusieurs sources, déjà à lancer sa campagne.

«Il a multiplié des sorties à l’étranger pour voir des bailleurs et ses amis belges y compris français. Il engrange des soutiens et se prépare sérieusement, depuis trois ans maintenant, à mener campagne», explique un cadre de la majorité.

Sur les réseaux sociaux, Minaku est déjà présenté comme le successeur naturel de Kabila. Dans un tweet publié ce jeudi, Pierre Boisselet de Jeune Afrique, toujours, décèle un compte «AubinMinaku2018 », qui présente déjà le speaker congolais comme le « candidat de l’alternance ».

«Nous avons la conviction que Aubin Minaku peut mieux représenter la Majorité Présidentielle pour lui garantir une victoire certaine», commente ce compte toutefois non authentifié.

Du côté de Minaku, ses proches démentent d’ailleurs être à l’origine de cette campagne. « Il ne s’agit pas de la première fois. Les gens s’amusent à créer des comptes. Pour l’instant, le Président Minaku n’est candidat à rien du tout », commente un de ses proches.