Pour la MP, la double nationalité disqualifie Moïse Katumbi à la présidentielle

La Majorité présidentielle a une fois de plus commenté la question de nationalité de Moïse Katumbi au cours d’une conférence de presse tenue ce samedi 24 mars à Kinshasa par son porte-parole André Atundu. Selon lui, cette question de double nationalité disqualifie Moïse Katumbi à la prochaine présidentielle.

Pourtant, le moratoire accordé aux politiciens binationaux en 2007 pour abandonner la nationalité étrangère qu’ils détenaient en concurrence avec celle congolaise court toujours. André Atundu a précisé que ce moratoire ne concerne pas Moïse Katumbi car n’étant pas membre de l’Assemblée nationale. “Le moratoire sur la double nationalité concerne seulement les membres de l’Assemblée nationale”, a-t-il déclaré.

Pour avoir été élu député provincial en 2006, Moïse Katumbi a été brièvement membre de l’Assemblée provincial de l’ancienne province du Katanga avant d’être élu gouverneur de cette même province qu’il a dirigée pendant 8 ans.

C’est le président de l’Assemblée national Vital Kamerhe qui a décrété le moratoire sur la double nationalité en 2007, alors que plusieurs député nationaux était accusé de détenir la nationalité congolaise concurremment avec d’autres nationalités et cela en violation de l’article 10 de la constitution. Ce moratoire initialement de 3 mois demeure jusqu’à ce jour.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

Non, l’ambassadeur de l’UE en RDC ne prépare pas un coup d’Etat!

Après la tenue en Europe d’une conférence entre les mouvements citoyens appelant…