Lugi Gizenga, Secrétaire parmanent du Parti Lumumbiste Unifié (PALU) et son adjoint Adolphe Muzito ont été suspendus ce jeudi de leurs fonctions au sein de ce parti historique en République démocratique du Congo, annonce un haut cadre à POLITICO.CD.

Selon des sources concordantes qui confirment l’information à POLITICO.CD, les deux sont reprochés d’avoir pris pas à des activités qui mettent en péril l’alliance de ce parti avec le président Joseph Kabila au sein de la majorité présidentielle.

“Ils ont été suspendus. Un communiqué va confirmer les faits très bientôt”, annonce ce haut cadre qui a requis l’anonymat.

Cependant, selon un proche de Muzito, aucune décision n’a été officiellement prise ni par Antoine Gizenga, encore moins par les organes du parti.

“Antoine Gizenga limoge son fils. Wolf Kimasa remplace le fils Lugi Gizenga. L’ancien Premier Ministre Adolphe Muzitu exclu du Comité exécutif, le Secrétariat permanent”, enfonce de son côté Tryphon Kin-Kiey Mulumba, cadre de la majorité au pouvoir généralement bien informé.

Joseph Kabila a rencontré le leader du PALU ce jeudi à Kinshasa, alors ce mouvement, qui alongtemps fait alliance avec le Président congolais, a annoncé la fin de leur collaboration le 12 mars dernier.

Selon notre source, rien n’a filtré à l’issue de cette rencontre où Joseph Kabila s’est entretenu “en tête-à-tête” avec Antoine Gizenga. “Le patriarche a semblé lui dire qu’il n’est pas au courant de tout ce qui se fait, ni même de la fin de l’alliance”, fait savoir notre source qui a requis l’anonymat.

La rencontre entre les cadres Palu et ceux du Mouvement de la Libération du Congo (MLC)  la semaine dernière a révélé la rupture de l’alliance entre le PALU et le MP.  Une rupture confirmée par un cadre de ce parti et membre de famille du fondateur du parti Antoine Gizenga ce lundi 12 mars. 

“Cette alliance avec la MP était électorale mais maintenant nous sommes à la fin. Nous avons d’autres partenaires”, a déclaré Cléophas Gizenga. M. Gizenga a expliqué que l’heure est à ” la création de regroupements politiques en prévision des prochaines élections”. 

Pour le Pouvoir, le divorce annoncé par le Palu est une “manoeuvre démocratique”. La Majorité Présidentielle ne compte d’ailleurs  répondre au “prétendu” divorce annoncé par le PALU.

“Ce sont des manoeuvres démocratiques. Nous n’avons rien à y dire. Nous n’avons rien à répondre à ce prétendu divorce annoncé par nos amis”, réagit un cadre à POLITICO.CD.