La rencontre entre les cadres du Parti Lumumbiste Unifié (PALU) et ceux du Mouvement de la Libération du Congo (MLC)  la semaine dernière a révélé la rupture de l’alliance entre le PALU et le MP.  Une rupture confirmée par un cadre de ce parti et membre de famille du fondateur du parti Antoine Gizenga ce lundi 12 mars.

Cette alliance avec la MP était électorale mais maintenant nous sommes à la fin. Nous avons d’autres partenaires“, a déclaré Cléophas Gizenga.

Cléophas Gizenga a expliqué que l’heure est à ” la création de regroupements politiques en prévision des prochaines élections”. 

“A l’exemple de la MP qui a son regroupement, le PALU et alliés sont un regroupement. Nous sommes en train de partir pour gagner les élections ensemble avec ceux qui viennent avec nous“, a poursuivit Cléophas Gizenga.

Les implications de ce divorce sont entre autre, “tirer les conséquences” par les membres du PALU qui sont au gouvernement ou occupe des postes dans les institutions publiques grâce à l’ancienne l’allince.

Arrivé troisième au premier tour des élections de 2006, le PALU a choisit en ce moment de soutenir la candidature de Joseph Kabila en tête du premier, devancant ainsi le MLC de Jean-Pierre Bemba (deuxième). Avec l’UDEMO de Nzanga Mobutu, le 3 formations politiques créent l’AMP, l’Alliance pour la Majorité Présidentielle avec une autre dizaine des partis politiques.

Lors des élections de 2011, l’AMP se transforme en MP,  Majorité Présidentielle sans l’UDEMO de Nzanga Mobutu mais avec plus de 100 parti politiques notamment le PALU.

En 2018, le PALU déçu du rôle lui réservé par ses pairs pendant le quinquennat passé, a décidé de gagner l’élection présidentielle avec d’autres partenaires de l’opposition.