Le prix du Cobalt, principale matière pour les projets de voitures électriques, a considérablement augmenté en quelques jours depuis l’annonce de la décision du gouvernement congolais à publier sans modification son nouveau code minier au coeur d’un bras de fer avec les entreprises occidentales.

La tonne est passée de 83.000 USD à 84.000 rien que la journée du 7 au 8 mars, alors qu’elle a évolué de 79.000 USD à 84.000 USD depuis le début de l’année.

 

Après avoir reçu les représentants des principales compagnies minières du pays, mercredi, Joseph Kabila a annoncé que le code minier sera promulgué « incessamment », avec la possibilité d’effectuer des changements à la marge via les textes d’applications.

« Le but de la demande était de clarifier certains aspects du nouveau Code minier récemment adopté par les deux Chambres du Parlement, qui devra être promulgué incessamment », selon un communiqué de la présidence, qui affirme que « leurs préoccupations seront prises en compte à travers un dialogue constructif ».

La RDC detient, rien que dans la région du Katanga,  50 à 60% des réserves mondiales de cobalt, ce qui représente la plus grande offre mondiale de minerais. Le boom de voitures électriques pourrait voir la demande de cobalt grimper jusqu’à 47 fois d’ici 2030, selon Bloomberg New Energy Finance. Le métal est en hausse de 86 pour cent cette année.

Pour la première fois depuis cinq ans, les entreprises du secteur ont augmenté leurs investissements l’an passé pour fouiller le sol à la recherche de nouveaux gisements des minerais et des métaux. Au total, elles ont dépensé environ 8,4 milliards de dollars, soit une hausse de 14 % en un an, indique S & P Global Market Intelligence dans un rapport publié lundi.