Dans une interview au magazine Jeune Afrique, le Premier ministre congolais dément d’abord toute bagarre au sein de la Primature le lundi dernier, malgré des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux et plusieurs sources qui attestent le contraire.

Il n’y a pas eu bagarre à la primature. Est-ce que la RDC est le seul pays au monde où une personne peut, sans doute par évocation, transformer un fretin en baleine ? Ce soir-là, à 20 heures, le directeur de cabinet a demandé aux services de sécurité de faire sortir un conseiller qui l’attendait pourtant depuis midi pour un entretien. Cela a été fait avec brutalité“, explique-t-il à notre confrère.

Pour, lui, l’incident qu’il qualifie de “mineur” n’est pas nouveau au sein de la classe politique congolaise. “Qu’à cela ne tienne, nous avons déjà vu des députés, des sénateurs en train de se battre au sein de l’hémicycle. Mais ce qui s’est passé ce soir-là à la primature n’était qu’un incident mineur“, affirme-t-il toujours à Jeune Afrique.

Bruno Tshibala charge par ailleurs son Directeur de cabinet Michal Nsomue Msomue, qu’il accuse d’avoir “craqué”. “Mon directeur de cabinet a craqué. Partout dans le monde, lorsqu’un grave manquement est commis, il altère les rapports et invite à prendre des décisions qui s’imposent“, a-t-il dit.

Michel Nsomue a déposé finalement sa lettre de démission dans la journée auprès du vice-premier ministre, en charge des Transports, José Makila, qui lui a demandé d’attendre le retour du Premier ministre, actuellement en Europe.