Des “bérets rouges”, surnoms donnés aux membres de la Ligue des Jeunes du parti au pouvoir, le PPRD, ont été systématiquement pris pour cible dimanche dans plusieurs coins de Kinshasa la capitale, où les catholiques sont descendus dans les rues pour une “marche pacifique” contre le pouvoir.

Sur une des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux (ci-dessous), on voit un homme entouré par une meute qui l’attaque, sans que ce dernier ne soit formellement identifié comme étant membre du parti présidentiel.  “Tapez-le, tuez-le”, crient des gens autour, avant qu’un homme n’intervienne.

Plusieurs cas du même type on été signalés à Kinshasa. “Tout en dénonçant la répression de la marche, soyons tolérants, beaucoup de membres du PPRD/MP ont vraiment frôlé la mort dans certains coins, battus à plate couture, d’autres constituent déjà des cibles. Un ami a failli être pris à partie le croyant du régime, condamnons ces actes“, appelle de son côté le journaliste Lwarhiba Maitre, proche de l’opposition.

Samedi, à quelques heures de la marche, ces bérets rouges avaient pourtant investi une église catholique à Kinshasa, promettant de s’inviter dans toutes les autres, au risque de provoquer des escalades. Le président de la Ligue de Jeunes du PPRD, Patrick Nkanga, s’est même déssolidarisé de cette initiative. “Ce n’est pas une initiative de la ligue des jeunes PPRD. Mais des jeunes du PPRD, se disant catholiques…” a-t-il confié à une journaliste de RFI.

Par ailleurs, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies, Mme Lala Zerougui,  affirme, dans un communiqué, regretter qu’au moins deux personnes aient été tuées aujourd’hui, une à Kinshasa et une à Mbandaka, lors des marches appelées par le Comité laic de coordination “en dépit de consignes qui auraient été données aux forces de sécurité de faire preuve de la plus grande retenue dans la gestion des manifestations.