Quand Matata Ponyo viole son propre décret

Nous sommes en 2014, le Premier Ministre de l’époque Augistin Matata Ponyo interdit l’organisation des enseignements du troisième cycle dans tous les établissements sauf Unikin, Unilu et Unikis, au motif qu’il y avait un désordre dans ce secteur. 14 décembre 2015, il signe le décret n° 15/041 portant critérium pour l’organisation de la formation du troisième cycle (à lire ci-dessous).

Dans la foulée, conformément à l’article 9 dudit décret, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, le Professeur Théophile Mbemba, signe le 22 décembre 2015, l’arrêté n°175 portant normes d’operationalisation des enseignements du troisième cycle.

Mais voilà, le 3 février 2018, le Premier ministre honoraire est proclamé Docteur en sciences économiques à l’Université protestante au Congo(UPC) avec la mention « grande distinction »,  à l’issue de la soutenance publique d’une thèse de doctorat intitulée « Qualité de l’ajustement budgétaire et croissance économique : cas de la République démocratique du Congo(1974-2015) ».

 Dans cette dissertation doctorale  de plus de 531 pages,  l’auteur s’est efforcé « d’expliquer ce qui peut apparaître à première vue comme un paradoxe, comment la réduction du déficit budgétaire peut s’accompagner d’une relance de la croissance économique en volume forte ».

Un doctorat qui viole son propre décret

Mercredi 14 février, le professeur Mabi Mulumba, Directeur de l’ École doctorale de la FASE de l’Université Protestante du Congo, a annonce sa démission dans une lettre,  dénonçant des irrégularités dans le processus de la présentation de cette thèse. “Par la présente, c’est avec la mort dans l’âme que nous avons le grand regret de vous présenter notre démission en tant que Directeur de l’Ecole Doctorale évoluant au sein de la Faculté d’Administration des Affaires et Sciences Economiques de l’Université Protestante au Congo (UPC)“, annonce le professeur congolais dans sa lettre consultée par POLITICO.CD et datée du mardi 13 février.

Notre décision est justifiée par de graves irrégularités ayant émaillé le processus de la présentation de la thèse de Monsieur MATATA PONYO Mapon admis comme doctorant à notre Ecole Doctorale“, explique le Professeur Mabi.

Parmi ces “irrégularités”, le Professeur note entre autres  que l’ancien Premier ministre Matata obtenu son diplôme de DEA en janvier 2016 à Université de Kinshasa et sa défense publique de thèse a été organisée par le 3 février 2018, soit après une période de moins de trois ans exigés par l’arrêté n°75 du Ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire et ce, en violation de l’arrêté précité.

Cette disposition a été violée dans la composition du jury de thèse de Monsieur MATATA PONYO alors que l’Arrêté 175 en ce qui concerne la composition du jury prévoit : – Qu’un seul membre du Comité d’Encadrement, le jury de MATATA en compte trois : Professeur MPEREBOYE MPERE, Professeur KALALA TSHIMPAKA et Professeur CHICOT EBOUE. – Que les professeurs associés ne peuvent pas être retenus comme membres des jurys de thèse, le jury de MATATA PONYO en compte deux : les professeurs KALALA TSHIMPAKA et KABAMBA NTENTA“, explique-t-il. 

 

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

Yoweri Museveni envoie un message spécial à Joseph Kabila après son tête-à-tête avec Félix Tshisekedi

Près de deux semaines après avoir reçu le leader du principal parti de l’opposition en RDC, le président ougandais Yoweri Museveni a envoyé un “message spécial” au président Joseph Kabila.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.