La France “préoccupée” par les violences en RDC

La France “est préoccupée par les violences” survenues dimanche en République démocratique du Congo durant les manifestations appelant au départ du présidentJoseph Kabila, a déclaré mardi un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Dimanche, les forces de sécurité congolaises ont réprimé des messes dans des églises à coups de gaz lacrymogène, et empêché des marches interdites après l’appel à manifester contre le pouvoir, faisant onze morts, plusieurs blessés et une centaine d’arrestations.

Le droit de manifestation pacifique “est une composante essentielle de la démocratie”, a souligné mardi le Quai d’Orsay dans son communiqué, où il “réitère son appel au dialogue et au rejet de tout recours à la violence”.

Paris “appelle à la tenue effective des élections conformément au calendrier électoral publié le 5 novembre 2017”, qui prévoit l’organisation de la présidentielle le 23 décembre 2018.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions. 

La colère de l’Abbé Donatien Nshole

Tantôt en colère, tantôt désemparé, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO a accordé une interview à POLITICO.CD, dans laquelle il fustige la classe politique congolaise.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.