Les trois pays font savoir qu’après le calendrier électoral récemment publié, fixant la tenue des élections le 23 décembre 2018, d’autres “mesures importantes doivent être adoptées pour mettre en place un environnement qui favorise la tenue d’élections crédibles.

“L’annonce d’une date pour ces élections constitue une étape importante de la première passation des pouvoirs pacifique et démocratique de la RDC”, dit ce communiqué.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI), dit le communiqué, quant à elle, a l’obligation de respecter la date des élections de décembre 2018 et son propre calendrier. “Ce calendrier fournit plusieurs cibles pour mesurer les progrès de la CENI en vue d’atteindre cet objectif.”

Les cibles les plus immédiates sont l’adoption par le Parlement des révisions de la loi électorale d’ici la fin de la session législative, le 15 décembre, et l’achat par la CENI du système nécessaire pour nettoyer le registre des électeurs, étant donné que ce processus doit débuter en décembre. Malheureusement, certains signes semblent montrer que la CENI accuse un retard à cet égard“, explique le communiqué consulté par POLITICO.CD.

 

1 comment

  1. IL FAUT ETRE PATHOLOGIQUEMENT NAIF POUR NE PAS CONSTATER L’EVIDENCE:

    CE CALENDRIER-BIDON DE NANGAA, COUSU DE TOUTES PIECES APRES LE PASSAGE DE LA DAME NIKKI HALEY, ET INBU DES CONDITIONS FINANCIERES ET LOGISTIQUES INTENABLES, N’EST QUE POUDRE AUX YEUX DE CETTE COMMUNAUTE INTERNATIONALE TRES NAIVE (OU PLUTOT COMPLICE – CEST SELON) QUE JETTE L’IMPOSTEUR QUI SE CRAMPONNE ILLEGITIMEMENT ET ILLEGALEMENT AU SOMMET

Comments are closed.