Dans un rapport publié sur son site internet le 4 décembre, le groupe d’étude Crise Group appelle les acteurs occidentaux et africains à  coordonner leur approche, soutenir les efforts déployés en vue de mener des élections démocratiques et encourager l’ouverture de l’espace politique, pour faire face  à une crise de plus en plus grave.

L’International Crisis Group, qui est une organisation qui s’efforce de prévenir les guerres, explique que  les “manœuvres dilatoires du président Kabila paralysent la transition politique de la République démocratique du Congo alors que les dissensions internes et la répression gouvernementale affaiblissent l’opposition.

Les puissances occidentales et africaines, dit ce rapport consulté par POLITICO.CD, doivent commencer par affirmer que le président Kabila conduit le pays vers une grave situation d’instabilité, malgré l’incertitude qu’une transition pourrait générer. “Même si nombreux sont ceux qui estiment qu’il est très peu probable que le régime actuel abandonne le pouvoir, il reste essentiel de faire avancer les préparatifs électoraux et de faire en sorte que les élections aient lieu et que la scène politique reste ouverte“, explique-t-on.

Tous les acteurs internationaux ont intérêt à ce que le président Kabila respecte les principes fondamentaux de l’accord de la Saint-Sylvestre qui restent la meilleure garantie d’une sortie de crise, à savoir l’organisation effective d’élections, le refus d’un amendement de la constitution qui permettrait au président Kabila de rester au pouvoir, l’ouverture de l’espace politique et le respect des droits de l’homme.

En privé, les dirigeants africains reconnaissent les dangers existants, mais il est plus difficile de vaincre les forces d’inertie. Kabila jouit ainsi d’un soutien public constant sur le continent qui donne à son régime une grande marge de manœuvre. Les puissances occidentales devraient redoubler d’efforts pour dépasser les différends avec leurs homologues africains, entendre leurs préoccupations et, pour l’heure, éviter d’imposer de nouvelles sanctions

L’International Crisis Group en appelle à l’unité des puissances occidentales et régionales pour pousser le pouvoir de Kinshasa à respecter une transition démocratique. “Même unies, les puissances occidentales et régionales ne parviendront pas aisément à pousser Kabila vers la transition et à sortir la RDC de la situation actuelle. Si elles sont divisées, les chances d’y parvenir deviennent infimes.

2 comments

  1. bien
    nous voyons que c’est ne pas les congolais eux-memes qui voient et endurent leurs souffrances causees par le regime actuel meme la face du monde le constate

Comments are closed.