Katumbi n’est pas disqualifié par la nouvelle loi électorale
Democratic Republic of Congo’s opposition presidential candidate Moise Katumbi is escorted by his supporters as he leaves the prosecutor’s office in Lubumbashi, the capital of Katanga province of the Democratic Republic of Congo, May 11, 2016. REUTERS/Kenny Katombe

Les députés de l’opposition ont suspendu ce vendredi 1er décembre leur participation à la Commission Politique, administrative et juridique (PAJ) de l’Assemblée nationale autour des travaux d’examen du projet de loi électoral, rapportent des sources concordantes.

Toussaint Alonga de la Nouvelle dynamique de l’opposition et membre de cette commission a dénoncé, au cours d’une conférence de presse, ce qu’il qualifie de dispositions liberticides contenues dans ce  projet de loi. «Premier blocage, c’est l’exclusion de certaines catégorie des Congolais, qui ne pourront plus prendre part aux élections. Quand vous prenez l’article 105, on a élargi les séries de condamnations, alors que la constitution parle seulement de condamnations pour une infraction intentionnelle », a-t-il indiqué.

Aucune interdiction contre Katumbi

Toutefois, la nouvelle loi électorale ne modifie par l’article 105 et celui-ci ne traite nullement de la question de l’éligibilité à la présidentielle. Cette question, comme le constate POLITICO.CD après consultation de l’ancienne et la nouvelle loi, est traitée à l’article 10.

Dans la nouvelle loi, cet article 10 garde les mêmes conditions, à savoir 8 interdictions pour lesquelles l’opposant congolais Moïse Katumbi reste pour l’instant non concerné. Parmi ces conditions, il y a notamment la condamnation irrévocable pour crimes contre l’humanité mais aussi toute condamnation qui prive de droits civils.

Moïse Katumbi n’est nullement concerné par une quelconque interdiction, il reste candidat aux élections et portera la voix du peuple congolais“, confirme un proche de l’ancien gouverneur du Katanga joint vendredi par POLITICO.CD.

Pour ce proche, qui a requis l’anonymat, même au sujet du procès en cours contre M. Katumbi, il n’y a eu de condamnation privant à ce dernier ses droits civiques, dénonçant par ailleurs un procès bidon.  “La nouvelle loi électorale ne disqualifie pas Moïse Katumbi. Quoi qu’il arrive, le peuple congolais ne laissera pas faire une élection où Moïse Katumbi n’est pas librement candidat“, ajoute-t-il.

3 commentaires
  1. je m’oppose avec energie à la caution fixée pour la candidature présidentielle.
    je déplore la manière de traiter la loi éléctorale au détriment du peuple congolais qui moisissent dans la misère sans issue.
    pourquoi la constitution congolaise n’est pas du tout respectée?

  2. Finalement on veut quoi dans ce pays. Donc à chaque fois qu’il aura élection, vaut modification d’une loi?

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Non, l’ambassadeur de l’UE en RDC ne prépare pas un coup d’Etat!

Après la tenue en Europe d’une conférence entre les mouvements citoyens appelant…

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.