Les députés de l’opposition ont suspendu ce vendredi 1er décembre leur participation à la Commission Politique, administrative et juridique (PAJ) de l’Assemblée nationale autour des travaux d’examen du projet de loi électoral, rapportent des sources concordantes.

Selon ces députés, la nouvelle loi a pour objectif d’éliminer certains candidats de l’opposition comme Moïse Katumbi,  Jean-Pierre  Bemba et Franck Diongo.

Le député Toussaint Alonga de la Nouvelle dynamique de l’opposition et membre de cette commission a dénoncé, au cours d’une conférence de presse, ce qu’il qualifie de dispositions liberticides contenues dans ce  projet de loi.

«Premier blocage, c’est l’exclusion de certaines catégorie des Congolais, qui ne pourront plus prendre part aux élections. Quand vous prenez l’article 105, on a élargi les séries de condamnations, alors que la constitution parle seulement de condamnations pour une infraction intentionnelle », a-t-il indiqué.

Un autre problème évoqué concerne la caution de 800 000 francs congolais (516 dollars américains) exigée pour chaque candidat, que M. Alonga estime exorbitant. “Les élections au Congo devient une affaire de ceux qui ont l’argent“, dénonce-t-il.

Le député de l’opposition dénonce également le seuil de 3% fixé pour la député, affirmant que ce dernier violerait la Constitution.

2 comments

  1. Malgres tout ce qu’ils vont faire ils sont deja a la fin de leurs mandat ils doivent savoir que chaque chose a un debut et une fin
    nini esilaka te????

Comments are closed.