Des dizaines de manifestants ont pris place devant ce nouveau bâtiment situé le long du Boulevard du 30 juin, au centre-ville de la capitale congolaise, pour réclamer la dépouille du Héros national, Patric Emery Lumumba à Didier Reynders, vice-Premier ministre belge.

Belgique Assassin“, c’est ce que l’on pouvait lire sur une pancarte déployée par ces manifestants qui scandaient des cris hostiles à l’ancienne puissance coloniale. Ils étaient une cinquantaine au total, encadrés par des policiers.

Didier Reynders, également chef de la diplomatie belge, est arrivé hier dans la capitale congolaise, après un long bras de fer avec les auortiés de Kinshasa concernant sa présence au pays.

En octobre dernier, des dizaines de Congolais, munis d’un cercueil, drapeaux et banderoles à l’effigie de Patrice Emery Lumumba, héros de la lutte pour l’indépendance assassiné le 17 janvier 1961 à l’âge 35 ans, ont manifesté devant l’Ambassade belge dans la capitale congolaise.

“Seul avec Mobutu” à la cérémonie d’inauguration

La dépouille de Patrice Lumumba, tué avec ses trois compagnons à Élisabethville (Lubumbashi), a été découpée et dissous dans un fût d’acide sulfurique par deux policiers belges.

Le spectre de la mort de Lumumba fait surface à un moment où les relations diplomatiques entre la Belgique et la RDC sont tendues, alors que les autorités de Kinshasa sont allées jusqu’à suspendre la coopération militaire de longue date avec Bruxelles, qui réclamait ouvertement le départ du président Joseph Kabila.

Par ailleurs, aucun officiel congolais n’a voulu prendre part à l’inauguration ce lundi à Kinshasa, de la nouvelle ambassade de la Belgique, observent les journalistes de POLITICO.CD sur place.  Seul André Kimbuta, gouverneur de la ville de Kinshasa, a pris part à l’inauguration de ce bâtiment qui doit abriter la mission diplomatique belge en République démocratique du Congo.

Cependant, l’officiel congolais a refusé de prendre part à la coupure du ruban symbolique. A sa place, un Chef coutumier, coiffé en plus d’une toque de Léopard, à l’image de l’ancien président Mobutu, a procédé à cette coupure aux côtés du chef de la diplomatie belge Didier Reynders.