Les dessous du limogeage d’Isabel Dos Santos

Tout a commencé le 6 octobre, renseignent nos confrères dans un long article publié jeudi. Au Palais présidentiel, le nouveau locataire, le président João Lourenço convoque les principaux pétroliers du pays pour parler de l’avenir.

Les principaux dirigeants en Angola de Chevron (CVX.N), Total (TOTF.PA), BP (BP.L), Eni (ENI.MI) et Exxon (XOM.N) ont déclaré que le secteur pétrolier était dévasté par des retards dans approbation des projets à Sonangol et un arriéré de paiements dus par la compagnie pétrolière d’Etat“, renseigne Reuters, citant quatre sources de l’industrie pétrolière.

Ils ont averti Lourenço que la production de l’Angola diminuerait à partir de 2019, à moins que des mesures rapides soient prises pour résoudre les problèmes de l’entreprise dirigée par Isabel dos Santos, ajoutent les sources.

Six semaines plus tard, le président Lourenço renvoie Mme dos Santos, la femme la plus riche d’Afrique, surnommée la «princesse» en Angola.

Cette réunion, explique-t-on, était un rassemblement très inhabituel. “Les sociétés pétrolières étrangères gèrent presque toute la production de l’Angola et exercent une énorme influence, mais rencontrer le président en tant que groupe uni était presque inconnu.”

La nature des discussions n’a pas été rapportée. Les pourparlers et les événements qui ont mené à la destitution de Mme dos Santos ont mis en lumière les raisons de son éviction – une décision qui n’a jamais été officiellement expliquée.

Des proches qui paralysent Sonangol

Isabel dos Santos et Sindika Dokolo avec le Président et la Première Dame de l’Angola. CREDIT FB.

Le limogeage souligne également le déclin du pouvoir de la famille dos Santos, qui domine la politique et les affaires angolaises depuis des décennies. Le père d’Isabel dos Santos, José Eduardo, dirigeait le pays depuis 1979, amassant de la richesse pour ses proches qui possèdent des entreprises dans presque tous les secteurs de l’économie.

Isabel dos Santos, qui était présidente de la Sonangol depuis juin 2016, a déclaré qu’elle était en train de restructurer la société pour éliminer les dysfonctionnements et la corruption. Dans son discours au personnel de la société à l’occasion de son départ, elle a déclaré que l’entreprise avait failli faire faillite lorsqu’elle a pris le pouvoir, dévastée par l’effondrement du prix du pétrole.

Cependant, affirme Reuters, selon des entretiens avec 10 sources, y compris les quatre sources de l’industrie pétrolière ainsi que les fonctionnaires de Sonangol et du gouvernement, Lourenço était frustré par la lenteur de changements dans l’entreprise.

Le 13 octobre, une semaine après avoir rencontré les pétroliers et 17 jours après son entrée en fonction, le Président angolais a ordonné aux ministres du gouvernement, à Sonangol et aux compagnies pétrolières internationales de former un groupe de travail de 30 jours pour examiner l’état de l’industrie.

Les réunions du groupe, dont beaucoup étaient dirigées par le nouveau secrétaire d’Etat au pétrole Carlos Saturnino, étaient tendues, selon les sources. Saturnino, un vétéran de l’industrie pétrolière, avait été licencié par Isabel dos Santos de son rôle de chef de production et d’exploration à Sonangol l’année dernière, l’accusant de mauvaise gestion.

Enorme dette

Même si Mme dos Santos avait lancé un plan de redressement, d’énormes retards dans l’approbation des projets étranglaient le secteur pétrolier, selon les sources. Son conseil d’administration a mis en place un système de contrôle des projets soumis par les compagnies pétrolières étrangères qui, dans la pratique, a exacerbé le problème, ont-ils ajouté.

Elle a également créé un fossé entre son conseil d’administration et le reste de l’entreprise en s’entourant de consultants étrangers“, explique Reuters, citant des sources anonymes.  Le groupe de travail a conclu qu’il y avait “une quasi paralysie” à Sonangol, selon une source gouvernementale.

Alors que le groupe évalue la situation de l’industrie, Lourenço a rencontré les plus grands prêteurs de Sonangol – Banque de Chine, Standard Bank et Standard Chartered – pour comprendre la situation financière de Sonangol et garantir des taux d’intérêt plus bas, selon une source proche des discussions.

Lourenço a réalisé que la Sonangol avait besoin d’argent rapidement“, a indiqué la source, ajoutant que l’entreprise cherchait à restructurer certains paiements.

La dette directe de Sonangol auprès des banques chinoises et des consortiums de prêt, s’élevait à 3,8 milliards de dollars à la fin de 2016, selon le rapport annuel de la société.

Avec Reuters.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement. 

RDC: Une réunion tripartite d’urgence entre CACH, FCC et LAMUKA à Kinshasa

La délégation de la Communauté des Etats d’Afrique australe (SADC) à Kinshasa vient de convoquer une réunion d’urgence dans la capitale congolaise réunissant les principaux protagonistes des élections, apprend POLITICO.CD.