Photo d'archive.

Vers un réchauffement des relations entre Moïse Katumbi et Vital Kamerhe? Les signaux sont plutôt positifs, à en croire notamment les derniers échanges sur les réseaux sociaux entre les deux camps.

“Félicitations à nos vaillants joueurs de T.P Mazembe pour cette victoire de 2-1 de la RDC contre Afrique du sud. Vous avez défendu nos couleurs. Bonne chance pour le retour”, a lancé le week-end dernier le président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) depuis son compte Twitter.

Si Vital Kamerhe a toujours soutenu le Tout-puissant Mazembe, club qui appartient à Moïse Katumbi – il a notamment participé à plusieurs matches en 2016 aux côtés de Katumbi – le message a la particularité de recevoir la réaction de Salomon Della‏, principal Conseiller de l’ex-gouverneur du Katanga, qui n’hésite pas à y voir même une union de l’opposition congolaise.

En RDC, l’union de l’opposition s’observe également sur les terrains de football. Merci Vital Kamerhe pour le soutien, et merci à tous les Congolais qui supportent le TPMazembe aux quatre coins du monde. Ensemble nous gagnerons !” lance-t-il en réponse au message de Kamerhe.

Les deux opposants, brièvement alliés, ont fini par connaître des divergences depuis que Vital Kamerhe a refusé de prendre part à la création du Rassemblement en juin 2016 à Bruxelles. Le président de l’UNC a enfoncé le clou en participant au Dialogue de la Cité de l’Union Africaine, scellant le divorce d’avec le camp de Katumbi.

Cependant, alors que les élections prévues à la fin de cette année ont été reportées, l’opposition, notamment Vital Kamerhe, appelle à une union pour chasser Joseph Kabila du pouvoir. Félix Tshisekedi, président du Rassemblement et proche allié de Moïse Katumbi, s’est de son côté montré ouvert à une telle idée.

Par ailleurs, Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi ont longuement échangé le week-end à l’occasion d’un deuil à Kinshasa. Une fois de plus, l’union de l’opposition a été évoquée, renseignent des proches des opposants congolais. La matérialisation de ces initiatives reste toutefois à prouver, à l’heure où la crise politique reste entière.