La crise en RDC a atteint le nouveau de celle en Irak, en Syrie ou au Yémen et risque de s’aggraver

La violence et les troubles ethniques et politiques en République démocratique du Congo ont propulsé le pays au même niveau de crise que l’Irak, la Syrie et le Yémen, rapporte The Guardian. 

Le choléra fait rage à un niveau jamais vu en RDC et près de 4 millions de personnes ont été déplacées de leurs maisons par les combats, un quart d’entre eux venant de la seule région du Kasaï touchée par le conflit. L’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, a révélé le mois dernier que la situation d’urgence de «niveau trois» a été signalée – le plus haut niveau au pays, avertissant que ces chiffres devraient augmenter dans les semaines à venir.

Avec les activités intensives des milices, les troubles et la violence alimentés par des conflits ethniques et politiques dans de nombreuses régions, le risque de nouveaux déplacements est élevé“, a déclaré le porte-parole du HCR, Adrian Edwards. “Les défis de l’aide aux personnes dans le besoin augmentent rapidement.

Les situations d’urgence de niveau trois, annoncées par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, sont considérées comme les crises humanitaires les plus complexes et les plus difficiles et déclenchent une série de processus internes de planification et de financement.

Cependant, selon l’agence, seulement un cinquième des 236 millions de dollars nécessaires pour aider les réfugiés ont été fournis.

Au milieu de la pire épidémie de choléra dans l’histoire de la RDC, des affrontements et la présence de plus en plus remarquée de milices ont eu un impact particulièrement inquiètant sur les régions du Tanganyika, du Nord et du Sud-Kivu et du Kasaï, a déclaré le HCR.

À la fin du mois d’octobre, Médecins Sans Frontières a déclaré avoir traité plus de 18 000 cas de choléra cette année seulement. Le chiffre est passé à environ 21 000, avec le nombre total de cas enregistrés dans le pays devrait atteindre environ 40 000 d’ici la fin de l’année, a déclaré le porte-parole.

Alors que le choléra est endémique dans certaines régions de la RDC, il n’a jamais été maintenu dans 21 des 26 provinces du pays, a déclaré Francisco Otero, chef de mission de MSF dans le pays.

L’une des principales raisons pour lesquelles le choléra a augmenté de cette manière est la crise de cette année qui a affecté le pays“, a déclaré M. Otero dans un communiqué.

Les puits ont été élevés ou abaissés et de nombreuses personnes ont été obligées de collecter de l’eau de sources, telles que des lacs ou des rivières, parce que les autorités ne sont pas en mesure de fournir de l’eau potable à la population. La réponse au choléra ne peut pas être seulement un traitement médical, il est également nécessaire de travailler sur le développement pour fournir l’eau et l’assainissement à la population. Jusqu’à ce que cela se produise, le choléra restera une menace réelle.

Malgré la fréquence du choléra dans de nombreuses régions, les agents de santé sont souvent incapables de traiter les cas. « Nous avons trouvé les malades du choléra dans les hôpitaux où ils semblent être mélangés avec d’autres patients », a déclaré Nnywana Innocent.

Le nombre de personnes gravement affamées a bondi de 300% au cours des 18 derniers mois dans deux des cinq provinces du Grand Kasaï, selon le Programme alimentaire mondial (PAM), qui a dû intensifier considérablement ses opérations de secours.

Environ 620 000 réfugiés congolais ont fui la RDC et se réfugient dans d’autres pays africains, tandis que la situation en RDC a été aggravée par l’afflux de réfugiés en provenance des pays voisins. Selon le HCR, plus de 520 000 personnes ont cherché refuge en RDC depuis le début de l’année 2016, notamment au Burundi, en République centrafricaine et au Soudan du Sud, a indiqué M. Edwards.

Avec Bill and Melinda Gates Foundation et The Guardian.