La BGFIBank RDC traite avec des bailleurs de fonds du Hezbollah, affirme un rapport!

L’organisation The Sentry a publié un rapport accablant ce lundi contre la banque congolaise BGFIBank RDC, l’accusant d’avoir facilité des transactions des personnes attachées au groupe classé terroriste Hezbollah.

Par son intermédiaire, des entités et individus faisant l’objet de sanctions imposées par les États-Unis, au sujet de Hezbollah, ont déplacé des fonds au sein du système bancaire international, bien que les employés de l’établissement aient averti à plusieurs reprises que de telles opérations pouvaient violer le régime de sanctions américain“, dit ce rapport consulté par POLITICO.CD, à lire ici.

Or, poursuit-on,  il ne s’agissait pas de n’importe quelle banque. La BGFIBank République démocratique du Congo (BGFIBank RDC), “l’institution ayant procédé aux transactions en question, est dirigée par le frère du président Joseph Kabila. Elle a fait parler d’elle lors d’un scandale récemment survenu au Congo, impliquant la commission électorale nationale et le détournement présumé des fonds publics de sociétés minières publiques“.

En effet, BGFIBank RDC n’est pas épinglée pour la première fois. En 2016, des révélations fracassantes sur la RDC sont ont fait la Une du quotidien belge «Le Soir». Jean-Jacques Lumumba, un cadre dirigeant cette banque (première banque d’Afrique centrale), a claqué la porte de cette banque de Kinshasa, banque proche de la famille du président congolais, après avoir refusé de se rendre complice d’opérations douteuses. Il est allé ensuite livrer de nombreux et très compromettants dossiers au quotidien belge.

Au cœur de ces révélations, la BGFI. Dirigée par un ami d’enfance de Kabila, Francis Selemani Mtwale, un très proche qui a grandi avec lui pendant les années d’exil en Tanzanie, présenté dans le présent rapport comme “frère” du président Kabila

Un des documents rendus publics par le quotidien belge Le Soir montre par exemple que l’un des comptes de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) du Congo, qui abritait de l’argent destiné à financer des élections en RDC, a été régulièrement ponctionné, et cela dans des conditions très louches.

Le rapport du groupe The Sentry intitulé “Le trésorier des terroristes, ou comment une banque liée au président congolais a permis aux bailleurs de fonds du Hezbollah de contourner les sanctions américaines”, affirme que des employés de la BGFIBank RDC ont en 2011 signalé à la direction de la banque, par écrit, l’exécution d’une série de transactions suspectes. “Le problème portait sur le fait que ces transactions impliquaient des sociétés liées aux bailleurs de fonds du Hezbollah, un groupe terroriste et parti politique libanais. Les principales entités concernées étaient des filiales de Congo Futur, un groupe d’entreprises basé à Kinshasa et assujetti au régime de sanctions du Département du Trésor américain“, dit-on.

Ces avertissements s’adressaient notamment à Selemani Francis Mtwale, frère du président Joseph Kabila dirigeant la BGFIBank RDC. Mais les relations entre la banque et les sociétés liées au Hezbollah se sont poursuivies. La BGFIBank RDC a même été jusqu’à demander que certaines transactions soient débloquées par le Bureau du contrôle des avoirs étrangers (OFAC) du Département du Trésor américain après que d’autres banques ont refusé d’effectuer ces mêmes opérations. La BGFIBank RDC tenait toujours des comptes pour les sociétés affiliées à Congo Futur en 2016“, ajoute-t-on.

The Sentry qui est une organisation internationale composée d’analystes politiques, d’experts régionaux et d’enquêteurs financiers qui suivent “l’argent” des auteurs présumés de génocides ou de kleptocrates en Afrique, appelle les institutions internationales, y compris les Etats-Unis à adopter des nouvelles sanctions tant contre la BGFI BANK que contre les autorités congolaises.

 

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

A Genève, Martin Fayulu “m’a demandé de lui garantir le poste de Premier ministre”

Nouvelle révélation autour du fiasco de Genève. Félix Tshisekedi, dans une interview à Jeune Afrique, affirme que Martin Fayulu lui avait demandé de lui “garantir le poste de Premier ministre” une fois qu’il aurait voté pour lui. 

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement.