16 mai, un jour avant le vingtième anniversaire de la fuite de Joseph-Désiré Mobutu du pouvoir au Zaïre, actuelle RDC, le décor est planté au palais du peuple de Kinshasa. Les élus de la Majorité présidentielle et ceux de l’opposition sont bien installés chacun sur son siège. Le public orne l’espace lui réservé au temple de la démocratie. Le bureau de la chambre basse affiche complet. Le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku peut donner le go de la rencontre.

Les mots lui sont encore sur les lèvres. Aubin Minaku donne la quintessence de l’ordre du jour pour permettre aux élus nationaux de voter. En face de lui, l’audience s’agite. Les députés issus des partis politiques de la coalition de l’opposition, le Rassemblement, secouent sans cesse leurs mains. Ils veulent soulever une motion incidentielle.

Je vous accorderai la parole“, temporise Aubin Minaku. Parole accordée, le député national élu sur la liste de l’UDPS, Coco Mulongo hausse le ton et multiplie les gestes au perchoir pour demander l’annulation de l’investiture du gouvernement Bruno Tshibala inscrite à l’ordre du jour voté. ” La nomination de Bruno Tshibala a violé l’accord du 31 décembre 2016“, fait-il remarqué.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Deux députés vont soutenir la motion, deux autres la désapprouvent. Soumise au vote, la Majorité présidentielle fait parler sa majorité parlementaire et la motion incidentielle est rejetée. Un faux pas qu’il ne fallait pas pour les députés du Rassemblement qui sortent leurs sifflets, Vuvuzela, visiblement préparés en amont, pour plonger l’Assemblée nationale dans un brouhaha d’un quart d’heure. La séance est suspendue. La retransmission en direct à la Radio télévision nationale est coupée.

Nous allons continuer à faire du bruit de manière à ce que la plénière soit difficilement tenable“, lâche dans l’entre-temps à Politico.cd, le député national Grégoire Kiro.

Mission difficile à accomplir, les élus du Rassemblement quittent le palais du peuple après avoir exprimé leur désapprobation de l’investiture du gouvernement de Bruno Tshibala, qui aura bel et bien lieu.

7 comments

  1. Ils sont tous illégitimes parlementaires comme ministres et ils viennent s’amuser pour enfin toucher à la fin du mois des rémunérations conséquentes.

  2. ” nous sommes responsables du Monde dans lequel vivront nos enfants quand ils auront l’âge que nous avons aujourd’hui” dixit Jacques Attali, ancien conseiller spécial de F. Mitterand.
    Qu ‘est ce que “nous leguons (laissons en héritage ) à notre postérité, pour toujours ” dixit la dernière phrase de l’hymne national debout Congolais. “un jour, l’histoire du Congo sera réécrite par les fils du Congo pour les générations futures” dixit P.E. Lumumba. Donnez un sens à votre passage sur cette terre avant le grand voyage de la mort.

  3. un gouvernement de conglomera de flatteur , les traitre politichien congolais honte a vous, tshibala avec sa bande de collabot vous alle finir mal,mais kabila il samuse avec vous comme des poupe?vraiment vous ete des traitre

  4. Si c étai dans une république démocratique, Tshibala aurait déposé sa démission, malheureuse nous sommes dans la république a a démocratisé du Congo

    1. Moi j’ai plutot vu un bel exercice democratique a travers cette investiture de Tshibala et son equipe! Si la seance a ete houleuse ou “cauchemardesque”? Quoi de plus normal!!! Si vous saviez que dans des parlements des pays “maitres es democratie”, il y a souvent ce genre de tempetes et meme pires, voire des bagarres generalisees en plein parlement! Tout cela ne debouche pas forcement sur des demissions! Rigolo. Nous n’en sommes qu’a “l’ecole maternelle” de la democratie et on a des pretentions “universitaires” en democratie! Lol en occident la democratie est seculaire hi hi hi nknk

      1. Il faut arrêter ces comparaisons avec l’occident. Nos ancêtres africains ont été démocrates bien avant l’occident. Il faut que J.Kabila et sa MP s’en souviennent. Ils veulent diriger la RDC, bien mais pourquoi faire? Quel est leur bilan après 20 ans de pouvoir? Où mènent-tils ce pays?

  5. Plutot qu essayer de parier sur l ‘echec du gouvernement Tshibala, M. Le journaliste, pourquoi ne pas souhaiter sa réussite dans l interet de la population?

Comments are closed.