“L’accord a échoué”, Kinshasa va mal

Des habitants longés le long des routes, comme en attente d’un cortège de je ne sais qui. Des véhicules arrêtés pour y replacer des rameaux qui ont disparu depuis que la dépouille d’Étienne Tshisekedi traîne à Bruxelles. Ce mardi 28 mars, Kinshasa s’est réveillée très mouvementée qu’elle en a l’habitude.

Accord e simbi te (l’accord a échoué)“, lance un jeune homme qui court, rameau à la main, pour le placer sur un taxi bus en direction de Rond-point Ngaba, un quartier populaire au nord de la ville, qui a stationné juste devant lui au croisement des avenues Bongolo et université.

Comme plusieurs de ses amis, son ambition est d’orner tous les engins roulants des rameaux, pour exprimer le deuil dans lequel se trouve le peuple congolais qui a perdu son “homme des situations difficiles“, son héros, Étienne Tshisekedi.

“Le pays ne va pas bien”


L’ultimatum des évêques catholiques pour la signature de l’arrangement particulier a expiré hier sans que le Rassemblement et la Majorité présidentielle ne parviennent à un accord, sur le mode de désignation du premier ministre, encore moins celui du président du Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral. Les négociations de la CENCO ont échoué, considère désormais le Rassemblement.

To zongi, Mboka eza bien te (nous rentrons, le pays ne va pas bien)“, répond une jeune dame qui tire son fils en uniforme par la main, à une curieuse qui veut en savoir davantage sur le pourquoi de leur retour, au moment où l’enfant doit se trouver à l’école.

La situation au croisement des avenues du Commerce/Tombalbaye ce mardi matin

Entre-temps nul ne sait de quoi cette  journée sera faite, encore moins si ce “Dialogue” a définitivement pris fin. En effet, alors que la Conférence épiscopale nationale du Congo a maintes fois menacé de mettre fin à ces discussions le lundi soir, rien n’a pourtant été confirmé en tant que tel. A la place, les catholiques ont fait appelle au président Joseph Kabila, lui demandant d’intervenir pour débloquer la situation.

En cette matinée, les rumeurs se confondent à la bonne information, avec une conséquence logique de plonger les kinois dans la psychose. “Nako bima na nga te. Na ville e yindi ( je ne sors plus, il y a du désordre en ville)“, Pierrot qui vient d’apprendre par une radio trottoir, que des pneus sont brûlés sur les avenues Kabambare, Bokassa et Kasaï, au grand marché de Kinshasa, renonce d’aller ouvrir sa maison de réparation des téléphones cellulaires au centre-ville et rebrousse chemin.

Ils attendent quelque chose

La Police patrouille les rues de la capitale

Tsha bâ poto to beta ballé awa (plante des poteaux qu’on joue au foot)“, recommande un supporter des Léopards qui porte le dossard 6 de Junior Kabananga, planté au milieu de la route Bongolo qui se vide progressivement des véhicules. Les jeunes garçons de l’une des communes chaudes de Kinshasa, rôdent dans les rues, apparemment à l’attente de quelque chose.

Les leaders de l’opposition, principalement du côté du Rassemblement et de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), ont annoncé des conférences de presse cet après-midi. Dans une ville traditionnellement acquise à l’opposition congolaise, ces jeunes attendent le “fameux mot d’ordre”, l’appelle au soulèvement auquel faisait souvent allusion feu Étienne Tshisekedi.  Crispées, tendues, les rues de la capitale paraissent en ralenties. De l’attentisme se fait sentir. Les policiers déployés massivement eux aussi attendent. Toute le monde attend, mais on ne sait quoi.

Depuis Kinshasa, Jeannot Bialalanji
POLITICO.CD.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

Félix Tshisekedi appelé à nommer Martin Fayulu en tant que Premier ministre par souci de cohésion nationale

Candidat à l’élection présidentielle de décembre dernier, Alain-Daniel Shekomba estime que les politiciens Congolais doivent mettre en avant les intérêts de la nation que leur propre propulsion politique. Ainsi, ce candidat indépendant propose au président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, de nommer Martin Fayulu au poste de Premier ministre pour des raisons de cohésion nationale.

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement.