Franck Diongo: la NOGEC dénonce une parodie de justice et demande à la population de siffler jusqu’au départ de Kabila

 

©Kudra Maliro
©Kudra Maliro

Très tard la nuit, le député national Franck Diongo, jugé en procédure de flagrance par la Cour suprême de justice, a été condamné à 5 ans de prison ferme. Président national du Mouvement lumumbiste progressiste -MLP-, cet opposant au régime de Kinshasa est apparu à cette audience dans état critique, sous perfusion et sur un lit roulant. Juste après la sentence, le détenu-malade à été conduit, dans un véhicule médicalisé, à sa cellule du Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa -CPRK-, la prison centrale de Makala, pour y passer ses cinq prochaines années.

Surprise par ce verdict, la NOGEC est montée au créneau. Dans une déclaration rédigée la même nuit, ce mouvement citoyen dénonce une parodie de justice dont le seul objectif est d’intimider le peuple qui tient au respect de sa constitution. Joint par Politico.cd, vers 2 heures du matin, le président de cette structure, Constant Mutamba, a regretté que la justice en RD-Congo soit dorénavant un outil au service du pouvoir en place destiné à écarter certains acteurs adversaires du jeu politique. “La NOGEC appelle les magistrats de la République à respecter et à faire respecter le principe de l’indépendance du pouvoir judiciaire tel que consacré par l’article 149 de la constitution et de s’abstenir de tout acte contraire à celui-ci”, a-t-il affirmé. Avant de renchérir : “La NOGEC considère cet état de choses comme du recul abyssal du processus démocratique auquel aspire la RD-Congo. La NOGEC dénonce cette parodie de justice et condamne l’intolérance qui semble caractériser le microcosme politique congolais”.

Déterminé et dévoué, Me Mutamba ne recule pas. Loin de lui l’idée de se décourager, même après son arrestation et les tortures dont il a été victime, cet enseignant de droit appelle le peuple congolais à se mobiliser davantage autour de “l’Opération sifflet” afin d’obtenir l’instauration d’un État réellement démocratique. A cet effet, Constant Mutamba n’a pas hésité un seul instant à demander à la population de siffler ce soir et demain matin pour le départ du président Kabila qui est devenu, selon lui, illégal et illégitime.

Lancée par la NOGEC à l’aube du 19 décembre, “Opération sifflet match esili” est une initiative de la NOGEC soutenue par d’autres mouvements citoyens. N’ayant pas obtenu gain de cause, les 19 et 20 décembre après avoir sifflé, parce que buté à une résistance armée de la part des éléments des Forces de l’orde, Constant Mutamba exhorte la population à siffler ces deux jours pour demander aux évêques à faire respecter la Constitution de la République de manière stricte.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

Yoweri Museveni envoie un message spécial à Joseph Kabila après son tête-à-tête avec Félix Tshisekedi

Près de deux semaines après avoir reçu le leader du principal parti de l’opposition en RDC, le président ougandais Yoweri Museveni a envoyé un “message spécial” au président Joseph Kabila.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.