34 morts dans des manifestations anti-Kabila (HRW)

607794820

L’ONG Américaine Human Rights Watch continue à poursuivre ces enquêtes sur les événements survenus à la veille et au lendemain de l’expiration du second et dernier mandat constitutionnel de Joseph Kabila. Après un premier bilan de 26 morts rendu public mercredi, Ida Sawyer chercheuse senior pour Human Rights Watch en Afrique Centrale annonce la hausse du bilan ce jeudi. “Nous avons reçu la confirmation de 34 morts suite dans les manifestations anti-Kabila de ce 19 et 20 décembre” a-t-elle tweeté. Indiquant que d’autres informations supplémentaires continuent à être vérifiées. Ce qui renvoie à ce que ce nouveau  bilan pourrait être revu à la hausse ou rester constant.

img_20161222_103414

Le gouvernement Congolais a annoncé ce mercredi un bilan officiel de 22 morts sur toute l’étendue de pays. La police nationale Congolaise qui a annoncé ce bilan a fait état d’au moins 275 arrestations.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

Yoweri Museveni envoie un message spécial à Joseph Kabila après son tête-à-tête avec Félix Tshisekedi

Près de deux semaines après avoir reçu le leader du principal parti de l’opposition en RDC, le président ougandais Yoweri Museveni a envoyé un “message spécial” au président Joseph Kabila.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.