Etienne Tshisekedi appelle à une “mobilisation générale” pour le 19 septembre!

Dans une déclaration publique lue ce mardi 13 septembre par le Secrétaire Général Adjoint et porte-parole de l’UDPS, Bruno Tshibala, le Rassemblement appelle “le peuple congolais de se prendre en charge”  pour répondre “au mot d’ordre” d’Etienne Tshisekedi.

Le Rassemblement réitère son appel au peuple congolais de se prendre en charge en répondant massivement, au pays comme à l’étranger, au mot d’ordre de mobilisation générale par des sit-ins en date du 19 septembre 2016, devant la CENI et les postes diplomatiques à l’étranger, afin d’exiger la convocation immédiate et sans délai du scrutin présidentiel (…) et signifier à (au président) Joseph Kabila son préavis de 3 mois, qui prend effet, le 19 septembre 2016 et se termine le 19 décembre 2016” rapporte Bruno Tshibala.

Ecoutez la déclaration du Rassemblement

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/282722973″ params=”auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true” width=”100%” height=”450″ iframe=”true” /]

 

 

 

1 commentaire

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

La colère de l’Abbé Donatien Nshole

Tantôt en colère, tantôt désemparé, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO a accordé une interview à POLITICO.CD, dans laquelle il fustige la classe politique congolaise.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions. 

CPI – Jean-Pierre Bemba condamné à  un an de prison et 300.000 euros d’amende

La Cour pénale internationale, CPI s’est prononcée ce mercredi 22 mars sur la peine de prison pour subornation de témoins contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir par ce biais un acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.