L’UNC compte toujours convaincre Tshisekedi

L’Opposant Vital Kamerhe, président de l’Union pour la Nation congolaise (UNC) a créé une sensation à l’ouverture du Dialogue politique en République démocratique du Congo, en appelant à une suspension des travaux afin de convaincre les Opposants qui refusent d’y participer.

Nous allons lancer un appel à nos frères de l’Udps et du G7 à se joindre à nous“, a déclaré Vital Kamerhe dans son discours.

Le Dialogue politique initié par le président Joseph Kabila, qui a débuté le jeudi 1er septembre à Kinshasa, est boudé par une majeure partie de l’opposition, notamment Étienne Tshisekedi et Moïse Katumbi, qui ont choisi de le boycotter.

Hier samedi 03 septembre 2016, Jean-Bertrand Ewanga et Claudel Lubaya ont été exlus de l’UNC sur décision de la Direction politique nationale de ce parti de l’Opposition qu’a présidée Vital Kamerhe lui-même.

Jean-Bertrand Ewanga et Claude Lubaya ne soutiennent pas la participation de leur parti au Dialogue politique.

Joint au téléphone par Politico.cd, le député Ewanga dit “prendre acte de cette décision“, annonçant par ailleurs une audience “dès ce soir” auprès du président du Rassemblement, Etienne Tshisekedi.

Malgré la perte de ses “lieutenants”, Vital Kamerhe n’envisage pas de quitter le Dialogue. Selon Jolino Makelele, Porte-parole de l’UNC, le parti Rouge-Blanc va “continuer sa démarche” pour tenter de convaincre les autres opposants à participer au Dialogue.

Cette démarche de l’UNC n’est pas une démarche isolée, puisque le Facilitateur (NDLR: Edem Kodjo) lui-même avait dit qu’il espérait toujours la venue de ceux qui sont à l’extérieur (…) et d’après ce que je sais, c’est que les lignes sont en train de bouger“, explique M. Makelele joint au téléphone par Politico.cd.

 

L’UNC reste néanmoins déterminée à participer au Dialogue politique “sans les autres Opposants“.

L’UNC en son temps était quasiment un parti orphelin à réclamer un Dialogue sous les auspices de la Communauté Internationale (…) maintenant que nous avons eu un Facilitateur à notre demande (…) nous avons eu la résolution 2277 … et donc nous sommes fondés cette fois-ci à y aller, parce que c’est conforme à ce que nous avons toujours souhaité.“, explique M. Makelele.

Par ailleurs, le Porte-parole de l’UNC affirme que son président, Vital Kamerhe entretien toujours des “bons rapports” avec l’Opposant Moïse Katumbi que soutient le Rassemblement d’Etienne Tshisekedi.

Je crois que les rapports sont bons (…) ça leur arrive aussi de communiquer“, a-t-il déclaré .

Ecoutez Jolino Makelele

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/281320381″ params=”auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true” width=”100%” height=”450″ iframe=”true” /]
1 commentaire
  1. Le dialogue, c’est pour prouver aux opposants l’importance pour kabila de tester au pour après 2016. C’est n’importe quoi.

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

La colère de l’Abbé Donatien Nshole

Tantôt en colère, tantôt désemparé, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO a accordé une interview à POLITICO.CD, dans laquelle il fustige la classe politique congolaise.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions. 

CPI – Jean-Pierre Bemba condamné à  un an de prison et 300.000 euros d’amende

La Cour pénale internationale, CPI s’est prononcée ce mercredi 22 mars sur la peine de prison pour subornation de témoins contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir par ce biais un acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.