Le paragraphe qui résume le message de Tshisekedi : « Le 20 décembre le palais présidentiel doit être libre »

Le paragraphe qui résume le message essentiel d’Etienne Tshisekedi à Kinshasa ce 31 juillet 2016.

« Comme prévu par la constitution, les élections doivent avoir lieu cette année 2016. Le 19 septembre 2016 est la première ligne rouge à ne pas franchir. Le corps électoral doit être convoqué pour l’élection présidentielle. Au cas contraire, la haute trahison sera attestée dans le chef de monsieur Kabila qui endosse la responsabilité du malheur des congolais. Dès cet instant, le décompte de son préavis de trois mois de locataire au palais présidentiel commence le 19 décembre 2016. Le préavis terminé le 20, la maison doit-être libre. Cet homme qui depuis 2001 jusqu’aujourd’hui joue à qui perd gagne ne devra plus échapper à votre vigilance », a dit Etienne Tshisekedi.

3 commentaires
  1. LONGTEMPS RÉSIGNÉS, LES VRAIS KABILISTES SONNENT LA RÉVOLTE

    La date du 29 juillet 2016 restera historique dans la vie politique de Joseph Kabila. Un évènement d’une grande symbolique vient de se dérouler au mythique stade Tata Raphaël de Kinshasa, ville réputée à tort ou à raison fief de l’opposition.

    Historique, parce que le rassemblement des militants de la Majorité présidentielle s’est apparenté à la révolte d’une frange des congolais aux responsabilités et leurs militants qui, affrontés au diktat et au terrorisme d’une opposition messianique, se résignaient au silence.

    Pour rappel, ce stade compte 60.000 places assises selon les normes FIFA. Lors des grands derbys sportifs, comme le classico V.Club-DCMP, ses gradins y reçoivent jusqu’à 80.000 spectateurs. Mais, le 29 juillet 2016, les militants et sympathisants de la Majorité soutenant Joseph KABILA n’étaient pas que dans les gradins. La pelouse synthétique du stade a été envahie sur toute sa superficie, la zone neutre comprise.

    Et ce n’est pas tout. La plus part des agences de presse sérieuses ont rapporté la présence des militants dans les alentours immédiats du stade et dans les quartiers bouillants des environs. Ce qui a fait dire à l’agence Reuter que cette manifestation a connu près de 300.000 participants.

    Motivés par le bilan politique et économique de Joseph Kabila Kabange par rapport au désastre légué par le régime Mobutu, la masse silencieuse soutenant les actions et la politique de Joseph Kabila Kabange ont finalement décidé de briser les chaînes de la patience, afin d’afficher ouvertement leur soutien à son action qui a subi, sans discontinuer, une diabolisation à outrance injustifiée, de la part de l’Opposition.

    Vendredi 29 juillet 2016 donc, les admirateurs de Joseph Kabila ont fait le carton plein de l’arène qui a vu se dérouler le Combat du siècle (Rumble in the Jungle). Le mythe de Kinshasa, traditionnel fief et forteresse de l’Opposition, est tombé. Les Kabilistes ont pris d’assaut par millier ce stade, envahissant jusqu’à l’aire de jeu, en guise d’expression de leur ras-le-bol. Aujourd’hui, les actions du gouvernement sont concrètes et les Kabilistes n’ont plus à en rougir.

    Déjà début juin, nombre d’entre les taxi-motos, communément appelés ‘‘wewa’’, à Kinshasa, ont accepté gracieusement casques et chasubles distribuées par le ministère de la Jeunesse, Sports et Loisirs et ne se sont pas gênés d’arborer l’effigie du Chef de l’État qui a pensé ainsi les équiper contre les accidents de circulation.

    Même si, affirment les mauvaises langues, c’était par nécessité, les analystes s’accordent cependant à dire qu’au moins une bonne moitié d’entre ces ‘‘wewa’’ étaient des sympathisants de Joseph Kabila. Malgré les menaces, ils ont choisi la sécurité et refusé de renier leur mentor.

    C’est dire que le temps des reniements est révolu. Leur silence couvrait le temps réservé au travail. Aujourd’hui, pour ne pas subir et laisser transpirer la mauvaise foi des prophètes de malheur, ils prennent part au débat à visage découvert, défendant le bilan de leur gouvernement et les avancées enregistrées sous l’impulsion de Joseph Kabila.

    Les Congolais, bénéficiaires de la Révolution de la Modernité, vision du Chef de l’Etat pour l’émergence de la Rdc d’ici 2030, sont sortis de leur réserve. Les prochains jours se révèlent très décisifs pour la bataille des urnes qui pointe à l’horizon.

    Les Kabilistes se sont départis de leur peur, et investissent désormais le terrain du débat politique, avec l’argumentaire d’un bilan qui n’est plus mitigé et qu’on peut désormais défendre sans honte.

    Reste que le discours des leaders de la MP doit suivre. A commencer par rassurer les congolais que Joseph Kabila n’a pas volé sa victoire aux élections présidentielles de 2011, en dépit des difficultés qu’a connu ce scrutin.
    Et, en cela les congolais doivent se rassurer que la démocratie congolaise est vivante, d’autant plus que les institutions établies fonctionnent normalement.

    La démocratie ce n’est pas seulement les élections présidentielles. Elle est vivante en commençant à la base, comme dans les vielles traditions démocratiques, là où les congolais choisissent ceux qui résolvent au quotidien leur problèmes de proximité.

    Ensuite, dire aux congolais que le développement de notre pays se fera par le travail, dans la paix, le respect des institutions démocratiques et non par des miracles. Il n’y aura pas un prophète sur terre pour travailler à la place des congolais.

    1. L’activité d’un parti politique ou d’un regroupement politique est une affaire privée, alors pourquoi avoir réquisitionné les bus de Transco pour amener les gens au lieu de la manifestation et obliger les agents et fonctionnaires de l’état d’y prendre part. Tout cela est pour moi un vrai cirque.

  2. Ce que mr Makila Daniel raconte c est de contre vérité ; nous savons tous tres bien que , la mobilisation de la mp n a pas été spontanée elle a été payée par largent des contribuant Congolais en obligeant lrs fonctionnaires de s y rendre les policiers en civiles les mamans ya zando au risque de perdre leurs places au marché on a vu des jeunesse battre à cause de l argent en , plus tout le monde sait que , depuis toujours la capacité selon les normes fifa de Tata Raphaël est de 30 mille personnes si le stade deborde il arrive à 40 mille , parler de 80 mille c est un mensoge flagrant ensuite comparer cette moblisation du 29 juillet à celle de l opposition du 31 juillet qui a comptée presque plus 600 mille personnes devant le boulevard Triomphal est comme pour reconnaître que Kabila doit demmissionner parceque le peuple vient de demontrer que l on ne veut plus de lui on veut lechangement la mobilation de la mp a reconnu que le gouvernement a echouer on chantant ” mbongue mbongu ekita kabila yebela “

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

Non, l’ambassadeur de l’UE en RDC ne prépare pas un coup d’Etat!

Après la tenue en Europe d’une conférence entre les mouvements citoyens appelant…