Entretien – Félix Tshisekedi se confie à POLITICO.CD à quelques heures du retour d’Etienne Tshisekedi à Kinshasa

Félix Tshisekedi, secrétaire national de l’UDPS en charge des relations extérieures, est arrivé à Kinshasa ce mardi 26 juillet 2016, soit un jour avant le retour d’Etienne Tshisekedi. Dans la foulée, il a accordé une interview à POLITICO.CD.

Etienne Tshisekedi rentre à Kinshasa ce mercredi, c’est confirmé ?

Le président arrive demain, c’est confirmé. J’exhorte la population à l’accueillir massivement à partir de 11H.

L’actualité, c’est aussi la récusation de Kodjo…

Nous avons renvoyé la balle à l’Union Africaine. Avec tout le respect que nous devons à Kodjo, nous avons remarqué que fonctionne comme le facilitateur d’un camp. Et ça ne nous arrange pas. Les préalables n’ont pas été respectés et Kodjo, sans prévenir, convoque unilatéralement le début des travaux du comité préparatoire. D’autant plus que celui-ci intervient à la veille d’un grand meeting alors qu’à Bruxelles lorsque nous avions recu le groupe de soutien à la facilitation, il était question que les pourparlers entrent dans leur phase sérieuse après notre meeting du 31 juillet. Et ici, les préalables ne sont pas satisfaits. Nous avons compris qu’il a choisi son camp.

Cependant, la communauté internationale ne se montre pas favorable à votre requête…

La communauté internationale n’a pas répondu par la négative. C’est cela la diplomatie. De toutes les façons, on attendait que Mme Zuma le désavoue à son tour. Nous pensons qu’Ils sont des grands responsables et je pense ils vont comprendre le sens du problème posé.

Et si la Majorité se décide d’aller au dialogue sans vous ?

Tant pis. Ils avaient déjà organisé les concertations nationales sans nous. Dans tous les cas, leurs jours sont comptés qu’ils le fassent comme ça ou pas. Le 19 décembre, il y a un grand rendez-vous que le peuple attend.

Et votre position par rapport à une possible transition ?

Nous avions dit en son temps, comme la constitution est muette dans ce cas précis au cas on arrive en décembre qu’il n’y a pas élection. En ce moment, le pouvoir ne sera nulle part et nous avons proposé qu’Etienne Tshisekedi conduise la transition.

Le MLC et l’UNC sont prêts à aller à participer au comité préparatoire. Ça vous dérange ?

Je suis content qu’ils reviennent. La question à se poser, c’est de savoir s’il s’agit de quel dialogue ? C’est l’avenir qui nous dira si nous avons le même entendement du dialogue.

C’est quoi le plan B, après la récusation de Kodjo ?

Il n’y a pas de plan B. Nous disons que Kodjo ne nous rassure plus. Cela veut dire soit on le remplace soit il fait ce qu’on attendait de lui (…) Si les conditions sont les mêmes, l’UDPS n’ira pas au Dialogue (…). L’UDPS fonctionne dans le rassemblement. Après le meeting, Etienne Tshisekedi fera une tournée nationale avec les ténors du Rassemblements.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement. 

RDC: Une réunion tripartite d’urgence entre CACH, FCC et LAMUKA à Kinshasa

La délégation de la Communauté des Etats d’Afrique australe (SADC) à Kinshasa vient de convoquer une réunion d’urgence dans la capitale congolaise réunissant les principaux protagonistes des élections, apprend POLITICO.CD.