Agression dans l’Est : Tshisekedi accuse le Rwanda de vouloir transformer l’Est de la RDC en « colonie d’exploitation »

Lors de la cent-vingt-sixième réunion du Conseil des ministres tenue vendredi 23 février, le Président de la République, Félix Tshisekedi est revenu sur sa participation, à Addis-Abeba, à la 37è session ordinaire de la conférence des Chefs d’État et de gouvernement de l’Union Africaine qui s’était déroulée sous le thème : «l’éducation en Afrique au 21è siècle : Construire des systèmes éducatifs résilients pour un accès accru à un apprentissage inclusif tout au long de la vie, de qualité et pertinent en Afrique ».

Dans sa communication tablée sur le rapport concernant les activités du Conseil Paix et Sécurité de l’UA et l’état de la paix et de la sécurité en Afrique, le Chef de l’État, Félix Tshisekedi a rappelé le rôle trouble joué par le Rwanda dans la déstabilisation de la RDC, remarqué à travers le déploiement de son armée sur le territoire congolais, en appui aux terroristes du M23, rapporte le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya.

Face aux différentes initiatives de paix, le Président de la République a laissé entendre que le Rwanda demeure un obstacle au retour de la paix dans le Nord-Kivu, en raison de ses ambitions hégémonistes qui le conduisent à vouloir transformer cette partie inaliénable du territoire national en colonie d’exploitation et de peuplement.

Publicité

De ce fait, il a appelé l’UA à la mise en œuvre effective du Plan de paix issu des processus de Nairobi et de Luanda qui, d’après lui, reste à ce jour la seule voie admise par tous pour le règlement de la crise actuelle.

S’agissant du dialogue entre la RDC et le M23, le porte-parole du gouvernement congolais a souligné que le Président Angolais, Joao Lourenço a réitéré, au cours d’un Mini-Sommet au cours duquel Félix Tshisekedi a pris part, la position de la RDC, celle arguant que toute négociation avec les terroristes du M23 est exclue, et que seules des discussions avec le vrai commanditaire connu, le gouvernement rwandais, ne seraient envisagées qu’au moment où il retirerait ses troupes de toutes les zones occupées, conformément aux dispositions arrêtées par le processus de Luanda.

« Aussi, le Président de la République a assisté à la tripartite RDC-Burundi Afrique du Sud, en rapport avec le déploiement de la mission de la SADC. Au cours de cette rencontre, il a insisté sur la nécessité de poursuivre l’opérationnalisation rapide de cette force qui dispose d’un mandat offensif pour mettre hors d’état de nuire les éléments du M23 et l’armée rwandaise, dans le cas où ces derniers s’obstinaient à emprunter le chemin de la guerre », a fait savoir Patrick Muyaya.

Aussi, à l’en croire, Félix Tshisekedi a eu des rencontres bilatérales, notamment avec la Sous-Secrétaire d’Etat aux Affaires africaines, Molly Phee à qui il a rappelé la nécessité d’obtenir des sanctions beaucoup plus dissuasives de la part des USA à l’encontre du Rwanda, au regard de l’implication active de ce pays dans la dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du pays.

Christian Okende

Recevez l'actualité directement dans votre email

En appuyant sur le bouton S'abonner, vous confirmez que vous avez lu et accepté notre Politique de confidentialité et notre Conditions d'utilisation
Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading