Agression dans l’Est: la jeunesse exhortée à résister à la « manipulation » politicienne et aux déclaration tribales

La jeunesse congolaise, particulièrement celle de la ville de Goma a été appelée à s’abstenir des déclarations tribales alimentées par des acteurs politiques et de la société civile alors que le pays fait face à l’agression rwandaise sous couvert du M23.

La présidente de « Biso Peuple », formation politique membre de l’Union sacrée, Sandrine Kaseka encourage la jeunesse de tous bords à ne pas céder à toute sorte de manipulation des ennemis de la RDC. Pour elle, ces multiples déclarations n’ont « aucun impact » étant donné que la guerre persiste dans la partie orientale de la RDC.

Tout en condamnant les actions du Rwanda qui soutient les terroristes du M23, Sandrine Kaseka invite le gouvernement congolais à prendre ses responsabilités et en joignant l’acte à la parole pour mettre l’ennemi hors d’état de nuire. « Il faut de l’énergie comme nous le remarquons avec l’Ukraine », a-t-il indiqué.

Publicité

Dans un autre registre, cette femme politique a vanté la technicité des forces armées de la RDC qui ne cessent de faire un travail de titan sur le terrain en barricadant la route aux agresseurs. Elle a ainsi appelé au soutien tous azimuts des FARDC pour sauvegarder l’intégrité territoriale.

Des violents combats ont éclaté ces derniers jours entre les FARDC et le M23, près de la cité de Sake, poussant des milliers de congolais, hommes, femmes et enfants à abandonner leurs habitations.

Jérémie Ngunga Léman

Recevez l'actualité directement dans votre email

En appuyant sur le bouton S'abonner, vous confirmez que vous avez lu et accepté notre Politique de confidentialité et notre Conditions d'utilisation
Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading