Mining Indaba 2024 : la RDC ramène un contrat d’infrastructures de 450 millions USD

La République Démocratique du Congo a été valablement représentée à la 30e édition du forum Indaba mining qui s’est tenue du 5 au 5 février à Cap Town en Afrique du Sud.

Au sortir de ces assises, la délégation congolaise engrange un contrat de 450 millions de dollars américains destinés à des projets de construction des infrastructures routières à hauteur de 18 000 Km.

Ce contrat qui a été signé entre la RDC, la banque sud africaine de développement et l’entreprise Guma Africa Group dont le Premier ministre se félicite, est vu par Kinshasa comme un véritable coup d’accélérateur pour le Programme de Développement local des 145 territoires (PDL-145 T).

Publicité

« L’accent sera mis sur les équipements de construction, la réhabilitation des routes, et l’entretien, qui seront exécutés par le ministère des ITPR », lit-on dans une dépêche de la Primature congolaise présentant les retombées du voyage du Chef du gouvernement au pays de Mandela.

La même source affirme que ce partenariat avec les sud africains consiste à améliorer les capacités de l’OVD et de l’Office des Routes, à former et renforcer les capacités de la main-d’œuvre, y compris les opérateurs et les techniciens.

Cette édition 2024 du forum Indaba Mining a été placée sous le thème « Adopter le pouvoir du bouleversement positif :  un nouvel avenir prometteur pour l’industrie minière en Afrique ». Lors de la cérémonie d’ouverture, Jean-Michel Sama Lukonde a lancé un appel pressant aux investisseurs de venir s’implanter en RDC, un pays qu’il a présenté comme terre fertile à l’activité économique, particulièrement dans l’exploitation des ressources minières.

Il a également évoqué les opportunités économiques de la RDC dans un contexte de transition énergétique, rappelant que le Congo met à la disposition du monde les minerais stratégiques indispensables à cette transition.

Parmi ces minerais, il y a le cobalt dont le Congo-Kinshasa représente 70 % de la réserve mondiale, mais aussi le lithium avec des gros gisements identifiés à Manono dans le Tanganyika, évalué en termes de centaines de millions de tonnes. L’exploitation à grande échelle de ce dernier produit minier se fait encore attendre.

F.Joseph

Recevez l'actualité directement dans votre email

En appuyant sur le bouton S'abonner, vous confirmez que vous avez lu et accepté notre Politique de confidentialité et notre Conditions d'utilisation
Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading